"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

MAINTENANT

[tentatives du moment]

[journalier]

journalier 21 03 15 / Avec serre

samedi 21 mars 2015, par Christine Jeanney


- Dans un passage de son Journal, Virginia Woolf, parlant d’amis, et pas en termes très amicaux mais en ayant gros sur le cœur, dit qu’écrire les choses c’est s’en débarrasser.
Je pense à mes réactions émotives autour de sujets insignifiants, réactions ou paroles anodines, mais reçues en violence. Régulièrement, et inchangées, petites détestations, ma tête en vitre de Velux où des mouches viennent s’assommer, toujours les mêmes. Les écrire pourrait disperser l’assommant, le parquer en lieu clos, bon débarras ?
- La paroi qui sépare l’intime de l’extime est une pellicule fragile, elle se troue facilement.
- Mon journalier n’est pas un journal, ni intime (tout du moins pas intime de cette sorte là). Je le verrais plutôt comme un genre de jardin ouvrier, boutures de choses. Les tuteurs comme ils sont plantés, s’ils sont bien droits (il le faudrait), ou au contraire obliques (il le faudrait aussi). Journal des sachets, bulbes et graines à la va comme on peut, dans cette zone, et s’ils sont disponibles. S’y rendre tous les jours, quand c’est possible.
Et peut-être y faire de la place pour une serre, son contenu invisible derrière le film opaque. Une serre en mode brouillon, non publiée. Y placer toutes ces émotions néfastes, mes colères, mes roumégations (et voir si ça me débarrasse des mouches un peu, pourquoi pas) (il faudrait). J’ouvre un "journalier fantôme".
Et quand je crois être la seule à m’émouvoir ou me scandaliser devant tel acte ou face à telle remarque pourtant sans réelle gravité (les petites violences m’usent, parce qu’on les dénonce rarement), ce n’est peut-être pas le cas ? Combien d’autres, sans que je le sache, à se construire une serre dans leur jardin ?
Mais la serre fait pousser plus vite. Mes colères amplifiées ? Espérer (on dit la nature bien faite) qu’elles trouvent naturellement leur taille : insignifiante quand l’objet est insignifiant. Ou qu’elles se développent autrement, lancent des tiges porteuses de fruits (cette métaphore prend soudain trop d’ampleur, je devrais arrêter l’engrais).
- Ce matin au réveil, penser (à) la confiance.
En tant qu’objet plein. Pas la confiance en, ni la confiance à, la confiance. La confiance comme un fruit, ronde comme une orange. Différente de l’ego.
Confiance avant le saut. Avant le dire.
Au moment de ce saut du dire, la confiance de penser qu’il sera entendu, quelquefois par quelqu’un. Quelquefois ce quelqu’un est un autre. Et parfois ce quelqu’un est un bonhomme de taille réduite, collé en soi. On aurait tous, sur le sternum, tenu très secrètement, un playmobil tout blanc, comme les premiers du genre, avant qu’on les achète déclinés en pirates, en pilotes, en soldats. Blanc pour donner l’impression d’ouverture, malgré la finitude et l’incomplet et le brouillard. Chacun le sien à décorer différemment.
(toujours finir par un possible, ça rassure)

(pendant ce temps, les photographies font le point)



.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

  • espère ne pas trop laisser passer dans ce qui est n’importe quoi mais un peu un journal (tout simple, un peu trompeur simplement, faudrait trouver un mot s’il le méritait) trop des colères, déjà trop des bobos (et me fais morigéner par famiglia)
    mais là le journalier il est intelligent et parle de langue, de travail
    m’incline

  • autant l’écriture nécessite d’être poreux-euse, que le monde l’insémine, autant il devient parfois en effet nécessaire pour l’écrivain de n’offrir que le rebond à l’agression

    après, tout de même, ça nous donne à lire des bonnes réflexions et de fort belles choses

  • (ça n’a rien à voir, mais si ça l’avait, on en serait bien avancé) (encore que ce ne soit aps tellement le but du jeu) (avancer, je veux dire) (jeu veut dire) il y avait dans cette petite rue qui allait à la grande (elle se nommait des 3 Cailloux) (pas la petite, la grande) une bijouterie qui s’appelait "A la Confiance (attends, comme je sais où c’est je vais aller voir si ça existe toujours) (ça existe toujours : jt’ai mis la photo sur fb) la confiance, oui mais pourquoi ce souvenir tout à coup ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.