"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[abécédaire glissant]

C / abécédaire glissant

samedi 3 octobre 2015, par Christine Jeanney



"Caramba ! s’écria-t-elle encore, carrément cramponnée au comptoir. [1]"




Les Cartes sont distribuées, les bonnes et les mauvaises. Comme Charlot [2] les a toutes – on perçoit sur l’image sa solitude [3] –, il les démultiplie. Sans doute pour contrer leur effet et ainsi morceler l’impact du destin sur sa jolie tête blonde. C’est qu’il faut bien se battre, et avec ses seules armes, parfois on ne dispose que d’une paire de ciseaux à bouts ronds. Sortir les Cartes était toujours un grand moment, les adultes jouaient jusqu’à tard dans la nuit et toutes les règles m’échappaient, comme leurs jeux de mots ou leurs interjections, mais pas leurs rires. Un soir qu’ils étaient tous, atouts, garde sans chien, à mener le petit au bout ou le sauver avec le 21, je ne voulais pas aller dormir. J’ai fait un vœu : fermer les yeux, que la nuit passe en une seconde. C’est arrivé, un battement de paupières et c’était le matin. Les Cartes sagement retournées dans leur boîte à magie en étaient sûrement responsables.


- Les Cartes sont en carton fragile. S’il en manque une, on l’appelle le Mistrigri mais ça ne la fait pas revenir.
- Les Cartes sont nées le 31 mars 1596 à La Haye [4].
- Les Cartes n’attendent pas la valeur des années [5].
- Les Cartes font des plis, les routières se déplient.
- Les couleurs des Cartes sont quatre : le rouge, le rouge, le noir et puis le noir.
- Les Cartes portent la Mort, le Fou, l’Impératrice, et décident de tout, amour travail santé et du futur des réussites [6].
- Les Cartes en double vont par paires.
- Les Cartes ment. Les Cartes a puces. Les Cartes hâblent [7].
- Les Cartes portent des lettres majuscules, R pour Roi, D pour Dame, V pour Valet. Le Valet de cœur est Lahire, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc. La Dame de Pique est la comtesse Anna Fédotovna.
- Les Cartes qu’on abat se brassent, se brouillent, dissimulent leurs dessous, puis se découvrent. En s’échafaudant, elles se montrent et, quand elles ne se légendent pas, se lisent. Pour résumer on dit qu’elles trichent.
- Les Cartes se défaussent : c’est-à dire qu’elle ne se "vraient" pas, le préfixe de défausser n’indiquant pas le contraire de fausser [8]. Ainsi les Cartes proposeraient une sorte d’alternative à la vérité, alternative qui serait une fausseté moins fausse que la réalité donc défaussée [9], une sorte de voie parallèle avec un rapport au réel tronqué [10], que ce soit partiellement ou de façon incomplète, ainsi qu’un rapport au mensonge ou à la non-réalité tout autant entaché de suspicion. Il faut en convenir, dès qu’il est question du réel ou de l’irréel, le doute perdure, nous laissant dans une incertitude tenace devant laquelle nous ne pouvons que subodorer, conjecturer et douter derechef en émettant des hypothèses non vérifiables que les Cartes, avec leur changement perpétuel d’échelles, viennent sans cesse questionner davantage sans toutefois rien éclaircir. Caramba.
- Parfois les Cartes se ramassent, s’empilent devant une chaise vide pour jouer le jeu d’un disparu. Cette expérience particulière s’appelle "faire le mort" et ne dure qu’un tour, mais on peut y penser plus longtemps.

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)


[1(à suivre... )

[2(c’est étonnant, avec la mode des prénoms, comme il est difficile aujourd’hui d’imaginer un bambin prénommé Charlot ; il faut également noter que cette scène s’écrit et se dessine en1885, date de publication de cet abécédaire, et qu’à cette époque Chaplin est âgé de moins 4 ans puisqu’il ne naîtra qu’en 1889))

[3(c’est peut-être une image prophétique, il est possible qu’une fois adulte il devienne vieille à chats) (mais n’allons pas trop vite)

[4(mais je confonds peut-être avec René)

[5(mais je confonds peut-être avec Corneille)

[6(dans la réussite dite de Marie-Antoinette, on pose une question à l’avance : si l’on gagne la réponse est oui et la légende dit que la reine, demandant sans relâche si elle survivrait à la Révolution, ne la gagna jamais)

[7(je vous présente mes excuses après ce passage affligeant, d’ailleurs je compte affirmer qu’il n’est pas de moi mais l’œuvre d’un déséquilibré en possession de mon mot de passe, et j’ajoute que ma gratitude vous sera acquise tant que vous feindrez de me croire)

[8(c’est-à-dire rendre faux, rendre contraire à la vérité, et comme il est dit dans le cycle de Roncisvals (XXIIe siècle)
"Quarrals [carreau] ne lance n’en puet [peut] maille fausser")

[9(mais je confonds peut-être avec quelqu’un)

[10(bien sûr, tronqué, ce rapport l’est d’office, car qui sommes nous pour savoir si nous sommes réellement réels ? cette voie laisserait en conséquence planer un doute de plus qui s’ajouterait à toute la somme de doutes déjà existants, somme conséquente de doutes conséquents (et non pas successifs) (encore que), dont l’empilement, à des degrés divers et plus ou moins variés, depuis des siècles et des siècles d’humanité songeuse dès la première lueur de la première flamme sur les parois des habitations troglodytes jusqu’à nos questionnements face aux miroirs des écrans rétro-éclairés s’accroit vigoureusement et sans qu’un point final soit jamais lancé - ces doutes - zut je suis perdue et la fin de cette phrase m’échappe mais ce n’est rien, c’est une note de bas de page et personne ne les lit)

Messages

  • "mais pas leurs rires."
    [qui lui n’a pas besoin d’une traduction]

    "Penché à sa fenêtre"
    quelqu’un m’a dit que je ne dénoncerai pas
    que cet Abécédaire lui rappelait celui des Papous
    oui
    et non

    il leur manque ces notes en bas de page
    comme un contre point à la mélodie
    (et qui nécessitent un silence
    le temps que le regard plonge de l’une à l’autre)

  • certainement la nuit en un clignement de paupière était l’effet des cartes
    Pour une fois elles ne trahissaient pas, parce que c’est leur charme, elles parlent, elles nous disent ce que nous leur disons de dire, mais il reste toujours le flottement, la possibilité qu’elles mentent
    ou qu’elles soient véridiques comme avec Marie-Antoinette (ai appris plein de choses, moi)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.