"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[abécédaire glissant]

F / abécédaire glissant

vendredi 16 octobre 2015, par Christine Jeanney



"Fascinant, fit-elle encore, frappée d’une fièvre fingulière." [1]"




De la Folie, il en fallait. Au moins pour tenter de s’extraire – prendre un bateau, construire un pont, se jeter dans l’espace, monter sur une statue équestre, laisser pousser ses ongles infiniment, chanter pour les serpents, étreindre ce qui est bouillant.
Mais la Folie amène toujours la peur – la peur de ne pas y arriver, la peur de se tordre les pieds, sombrer ou perdre un bras, se trouver éventré ou éparpillé dans les airs - l’affaire du funambule, il s’y connait, et les peurs aimantées qui montent jusqu’à lui se mélangent à la sienne en courant électrique de haut voltage.
Et la Folie c’était aussi cette chose sale et frustre, manches remontées, montrant du doigt et posant des questions menaçantes. Et elle tenait des pierres pour les jeter (à part baisser la tête pour éviter ses yeux, quoi faire ?).


- La Folie est tenace [2].
- La Folie te mange dans la main et puis se cabre.
- La Folie te tartine des tonnes de douceurs pour t’attendrir, et quand tu pleures beaucoup, quand tu voudrais l’aider, la Folie menace de te tuer.
- La Folie d’une chouette est aveugle [3].
- La Folie rime avec Rêva.
- La Folie louide de Bavière.
- La Folie répercute.
- La Folie sauve.
- La Folie aux entrailles se tient comme corrosion.
- La Folie dément ; elle apostrophe et dit : "Pssiii ! Cause."
- Quelquefois elle ne fait que passer, meurtrière, elle donne des coups d’elle un quart d’heure puis s’en va [4].
- Elle se joue au violon.
- Elle se construit en pleine campagne.
- Les braves gens l’enferment [5].

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)


[1(à fuivre... )

[2(encore plus lorsqu’elle est polysémique)

[3(au lieu de son hululement la nuit, elle chuchote "Sadegh Hedayat" constamment)

[4(souvent au bras du Lièvre de Mars)

[5(ils la piétine, l’étripent, la réduisent au silence, goulags, asiles, prisons, ils n’ont que l’embarras du choix puis ils rentrent chez eux le dimanche boire un bon chocolat en famille. Ah les braves gens)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.