"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES DU MOMENT //

[journalier]

journalier 22 02 16 / l’obscurité

lundi 22 février 2016, par Christine Jeanney



- comme un éventail déployé
(découvrir que les mots pour décrire l’appareil résonnent curieusement, comme des messages codés à décrypter, gorge, épaule, rivure, bélière, panache, etc.) dont les plis et les contre-plis porteraient deux directions : doute et absurde
- cherchant "autour du doute", l’impression que le caractériser est difficile, que c’est un chantier à ouvrir. Qu’il y a des doutes de différentes textures, dont certaines sont rêches et déprimantes, des doutes prétentieux qui veulent contraindre, bloquer, et d’autres doutes peureux, qui cognent du coude contre des vitres pour les briser, faire entrer l’air, et sans doute (ah) d’autres qui s’expriment peu et mal et qu’il faut aider à faire naître
- l’absurde en second chantier-réaction, en tant que premier réflexe, idée en l’air, incongruité. Ce qu’il y a dans l’absurde de morceau de peau retournée et dévoilement, l’absurde déchire un rideau, se met à rire de ce qu’il tient en joue, peut-être pour s’en défendre, peut-être parce que l’absurde est détenteur d’un pouvoir extrême laissé vacant dont les petits peuvent s’emparer gratuitement
- le beau livre de Christiane Veschambre, Les Mots pauvres, et ce passage (merci Christophe Grossi de me l’avoir fait découvrir)

(mon éventail aussi pourrait bien "s’obscurcir à mesure que mes yeux s’y habitueraient", couleur de doute, paradoxal (absurde), et l’énigme native, comment s’y déplacer)
- bande son : I heard Ramona sing sans cesse depuis plusieurs jours, même quand je ne l’écoute pas, ça aussi c’est énigmatique
(obscur / Black)

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.