"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

LECTURES

La musicalité d’une phrase, Julien Gracq

dimanche 13 juin 2010, par Christine Jeanney



"La musicalité d’une phrase n’a rien à voir, il me semble, avec celle d’une sonate. D’abord parce que le texte est signification de part en part, signification qui n’est jamais perdue de vue même quand on s’attache à ses pures sonorités. Ces sonorités sont incomparablement plus pauvres que celles qui sont à la disposition d’un orchestre ; ce qui leur donne leur valeur, ce sont leurs relations complexes et capricieuses avec la signification. Il y a a là un jeu de contrepoint continuel : dans la poésie, le son et le sens se bousculent sans cesse pour prendre le contrôle du texte. Je ne crois pas qu’il y ait de texte musical en soi, abstraction faite de son sens."

Julien Gracq, Entretien (José Corti, 2002)

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.