Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/christintc/www/config/ecran_securite.php on line 283
à propos du Symbole, Virginia Woolf - tentatives

"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TRADUCTIONS

autour des textes traduits

à propos du Symbole, Virginia Woolf

lundi 19 juin 2017, par Christine Jeanney


Il y a l’écran de la Marque sur le mur qui, concrètement, pourrait tenir dans l’espace réduit d’une cheminée, d’un mur et d’une coquille d’escargot posée dessus. Mais d’autres surfaces peuvent être envisagée, que dirions-nous (semble proposer Virginia Woolf) d’un écran aussi grand qu’une montagne ?
La montagne-écran est très haute. Elle semble flotter, parfois là, juste au bout de la rue, parfois loin, transformée en nuage, mais constamment incontestable.
On ne la grimpe pas – c’est pour les autres –, on l’envisage.
Des aplats de couleurs (peu nombreuses, du blanc surtout, du vert, le gris rocher, parfois de toutes petites touches rouge sang). Sur elle on projette l’île de Wight et des attentes, et des renoncements, de possibles histoires indiennes et des cases d’explorateurs. Sur elle on projette la mort, le destin immanent de tous, des autres surtout, grimper, tomber, geler et pas de survivants. Sur elle on projette du rien, de l’aérien, du provisoire, de l’illogique et de l’inachevé.
On reste toujours à ses pieds parmi les malades ou les tombes, à tenter quelques trajectoires, entre cimetière et cinéma. On a beau se hisser un peu plus, à hauteur de balcon, on ne peut pas vraiment s’écarter, la regarder avec un angle qui offrirait d’autres contours. Et puis tout ce qu’on n’ose pas dire (ou qu’on avoue en hésitant), des aspirations, des désirs. Des deuils et des fleurs de printemps. Et tout ce qu’on ne sait pas expliquer, qui ne tient pas dans une lettre, ou qui ne sera pas décodé, un zigzag d’encre indéchiffrable.
On voudrait soigner, et soigner, sa mère, ces gens, et soi peut-être – soi en dernier. Comme une divinité exotique, la montagne aime les sacrifiés.
Le Symbole ressemble à un dessin d’artiste japonais, les sommets, quelques traits à l’encre de Chine sur la trame d’un papyrus, du papier tressé par la vie. Il n’y a pas de morale. Pas de fin. Sauf le nom que nous donnent ceux qu’on aime.





(autour du Symbole, nouvelle traduction dans Des fantômes sous les arbres, recueil de huit nouvelles de Virginia Woolf)


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.