"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES DU MOMENT //

projets/germes

la chasse au tilde #5

jeudi 17 mai 2018, par Christine Jeanney




La chasse au tilde, c’est rejoindre une petite fille, elle a un bandeau dans les cheveux et ça lui fait une tête toute ronde, ses deux mains potelées posées pour la photo, elle ne regarde pas l’objectif, mais son père derrière lui, et elle sourit plus grand que les deux bras. Chasser le tilde c’est faire l’aller-retour. L’aller se dirige vers elle qui est devenue vieille, son père devenu mort, pour retrouver "les protagonistes", comme on dit, de la photo. Le retour sert à comparer les distances, en fait ces deux distances, aller, retour, qui, comme toutes les mesures, sont bien trompeuses (comparer ressemble beaucoup à comprare qui veut dire acheter en italien, est-ce que tu prends ? est-ce que tu fais l’acquisition ? ou est-ce que comme on n’y croit pas tu dis ça non je ne n’achète pas ? pour comparer il faut se dire banco, se stimuler, se faire croire à un postulat). Et autre chose : est-ce que tu t’approches vraiment quand tu t’en viens, est-ce que tu pars vraiment ensuite, ou bien est-ce que tu marches en silly walk, à la Monty Python, d’une danse absurde qui n’est pas adaptée aux circonstances. (Tu silly-walkerais à l’intérieur, une posture clandestine, danse interne.)


la chasse au tilde #1
la chasse au tilde #2
la chasse au tilde #3
la chasse au tilde #4

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.