"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

MAINTENANT

[tentatives du moment]

[journalier]

journalier 10 01 19 - point d’interrogations

jeudi 10 janvier 2019, par Christine Jeanney



- qu’est-ce qui est normal, qu’est-ce qui ne l’est pas
- qu’est-ce qui est logique et qu’est-ce qui ne l’est pas
- à quel moment ce qui est logique correspond au normal, à quel moment ce qui est logique correspond à l’anormal et à quel moment l’illogique devient normal
- vous avez quatre heures
- les émotions ne peuvent pas être jugées, elles ne sont pas résonnées, pas raisonnables
- les émotions sont logiques
- il y a fort à parier que les émotions logiques ne naissent pas hors sol, n’apparaissent pas sans motifs
- à quel moment la logique des émotions devient normale ou anormale, normée ou non conforme à la norme
- une émotion devient-elle anormale lorsqu’elle fabrique de la souffrance
- la souffrance est-elle une émotion et/ou la conséquence d’une émotion
- vous avez quatre ans
- la logique de la normalité doit-elle être un but à atteindre
- en ce cas, doit-on atteindre la logique d’émotions normées, conformes à la normalité
- vous avez tout une vie
- une émotion se définit-elle en fonction des autres émotions, pendant que la norme se définit en fonction d’autres normes, est-ce ce que c’est la même mécanique
- si je suis stupéfaite, cela est-il accentué, validé, parce que d’autres disent et expriment leur propre stupéfaction
- en ce cas, ma stupéfaction devient-elle norme, normale, normée
- si d’autres disent et expriment une non-stupéfaction, ma propre stupéfaction doit elle diminuer, cesser, car anormale
- qu’est-ce qui est scandaleux
peut-être la souffrance logique ?
vous avez six minutes
- deux fois en deux jours que je reçois des mails qui ne me sont pas adressés (la proposition d’un logo pour décorer une bouteille, le compte-rendu d’une réunion à laquelle a participé une ch jeanney qui se prénomme chantal) : est-ce que l’univers tente de me dire que je devrais m’intéresser à ce qui ne me concerne pas ?
- qu’est-ce qui décide que l’on est concerné, ou pas
- quelle émotion en est la preuve, et est-ce normal
- si oui, qu’est-ce qui ne me concerne pas
- dans un article je lis que les arbres ont un battement de cœur, car ils possèdent un pouls dont les battements sont très lents, si lents que nous ne les avions pas entendus, est-ce que ça me concerne ? qui n’est pas concerné ? est-ce que c’est logique de ne pas être concerné par le pouls des arbres ? mais est-ce normal ? (est-ce que je t’en pose des questions ?)
- à quel moment la phrase "cela nous concerne tous" se vide-telle de sens
devient-elle un mantra
une incantation
une bonne résolution du nouvel an
- est-ce qu’on peut écrire quoi que ce soit sans être concerné ?
- dans Dersou Ouzala, Dersou sauve la vie de quelqu’un dans le blizzard
cette scène me concerne, la logique de mon émotion me le dit
puis Dersou meurt, car il ne supporte pas la vie normée
- retour à la première question


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.