"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

en ce moment

[journalier]

journalier 12 01 19 - une chanson

samedi 12 janvier 2019, par C Jeanney



- dans cette ville, certaines maisons sont rouges, avec des toits noirs
- posées sur l’herbe ou bien la neige, elles forment une des ces toiles presque minimalistes, ce que fait un de staël dans les tons bleus se trouve décliné ici, avec contrastes, par des rectangles de carmin, de grenat, dont ne saurait pas dire si ce sont des murs peints ou de la tôle
- certaines fissures sont apparues
- certaines routes se creusent
- des bruits de meule, de roulement, c’est qu’on fore par-dessous
- six tour effeil de fer sortent de terre par jour, on n’imagine pas, on constate
- les habitants travaillent sous terre, à ce creusement
- la ville aux murs rouges se tasse, petit à petit, par endroits elle s’effondre déjà
- les quartiers où ça craque sont vidés par mesures sanitaires, on ne compte plus les décrets qui ferment les accès
- on reconstruit plus loin, du neuf, on transporte plus loin l’église en bois, un jeu de déplacement
- Pour l’entreprise exploitante (de fer), l’opération (de délocalisation) n’a rien de sentimental dit un article
- le trou augmente
- une fois déplacé on s’installe, fauteuil, sofa, on ferme les volets très tôt car il fait nuit, on regarde à la télé cette série comique où des habitants hurlent autour d’un trou géant qui aspire tout au centre de leur quartier
- ailleurs d’autres maisons se fissurent et s’effondrent, "délogés", "évacués" sont les mots employés, quelqu’un prononce le mot "nomade" qui s’accompagne d’autres mots comme "errant", "migrant", "humanité", "fragilisé", "pauvreté", "recensement", "expulsion", "gestion"
- gestion : du latin gestio, issu de gestus, lui-même issu de gero (porter)
- porter : Soutenir quelque chose ou quelqu’un. Porter un sac de blé, un ballot de livres. — Le cheval qui le portait. — Ce vaisseau porte cinq cents hommes d’équipage et des vivres pour six mois. Prov. Chacun porte sa croix en ce monde, chacun a ses afflictions particulières. Fig. Vous portâtes soudain la guerre dans la Perse. // Porter la mort, porter le carnage, causer la mort de beaucoup. // Porter la vie, vivifier, ranimer.
- "ranimer" est un très beau verbe
- si on le répète très vite et plusieurs fois ça fait une chanson


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.