"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

MAINTENANT

[tentatives du moment]

[journalier]

journalier 16 01 19 - para (part à)

mercredi 16 janvier 2019, par C Jeanney



- paragraphe, c’est étonnant — paratonnerre protège du tonnerre, parachute prévient de la chute, paramédical éloigne du médoc (?), donc paragraphe protège de la graphie, cette logique semble illogique
- j’entends "x est injuste mais le supprimer serait injuste" — pourrait-on se créer un outil comme l’a fait en son temps charles francis richter pour mesurer la magnitude, mais qui s’intéresserait particulièrement à l’injustice, ainsi nous pourrions classer les problèmes par niveau d’injustice et les classer — oh je sens là un point important, j’imagine un tableau lumineux, on y rentre une carte perforée, les courbes sur l’écran indiquent pour chaque sujet lequel est juste au micron près, on imprime les graphiques sur des rouleaux envoyés dans des tubes pneumatiques zoum jusqu’au bureau des décisions, décisions pragmatiques — elles seront belles car forcément débarrassées de leurs aspects émotionnels et/ou ethnologiques, sociologiques, sociométriques, historiq ah zut non finalement, donc elles seront belles parce que c’est beau (?) et l’injustice injuste semble juste parfois (?)
- dans le mot "injustice" on ne voit pas le nombre de gens concernés — ce serait pourtant une échelle de charles francis à envisager, mais induirait l’idée que le plus grand nombre a toujours raison — ou bien considérer la qualité des concernés et établir l’échelle sur ce critère, auquel cas les plus admirables d’entre eux compteraient pour deux (ou trois ou dix), ensuite il n’y aurait plus qu’à définir le terme "admirable" (il faudrait mettre en place un radio-crochet) (c’est à des expressions comme radio-crochet qu’on voit mon âge) (mais le hic, dans ce système les plus nombreux décident encore) (c’est le problème du qui décide, de quel façon on le désigne (sur des critères émotionnels et/ou ethnologiques, sociologiques, sociométriques, historiq-) et comment le désigné décidant décide une fois en place (sur des critères émotionnels et/ou ethnologiques, sociologiques, sociométriques, historiq-oh) (radio-crochet et radotage sont les deux prismes qui dénoncent mon âge avancé)
- la position des corps dans une salle pleine peut dire des choses — on peut imaginer un paragraphe par corps pour les décrire, observer ce qui est accepté ou ne l’est pas et le vocabulaire employé quand les corps parlent, spécifique selon ce qu’est ce corps, ce serait une prise de notes en prise avec de la matière poreuse, juste et injuste, d’une logique qu’aucun para ne peut contrer (le mot paralogique n’existant pas)
- j’entends dire à l’instant "y’a une question de sens", tu m’étonnes


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

  • j’imagine le tableau lumineux des injustices et l’échelle restant vierge pendant qu’un groupe discuterait de moins en moins doctement, de plus en plus véhémentement de ce qu’ils devraient porter et en quelle hiérarchie
    Me semble que la description minutieuse de chacune des cent personnes rassemblées dans une salle serait plus rapide et facile (quoique non si cela doit être indubitablement juste ou injuste)

  • Relancer le système des pneumatiques ("pneus") permettrait en outre de recréer des milliers d’emplois et de redonner une plus grande visibilité au bonhomme Michelin.

    Il paraît que ce serait aussi une idée "dans les tuyaux" de Monsieur le Président de la République.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.