tentatives

"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

dans le poste

[09 20] "c’est un tremblement de terre" [#lasuiteasixminutes]

vendredi 17 janvier 2020, par C Jeanney


PROCÉDURE
pendant vingt minutes environ noter ce qui est diffusé sur les ondes (tv, radios)
sont retranchés certains mots (manque de rapidité ou choix instinctif)
reste un texte court - en titre l’horaire de la prise de note suivi des premiers mots



(sauf qu’aujourd’hui pour une fois je commente)


- c’est un tremblement de terre (ciel ! catastrophe ?)
dans sa prochaine édition du michelin le restaurant de paul bocuse n’aura plus que deux étoiles (oh) c’est donc une page longue de cinquante-cinq ans qui se tourne, vous qui étiez un proche c’est un crève-coeur (crève-coeur : "peine profonde mêlée de compassion,cette expression fait référence à la boucherie où le coeur saigne bien souvent, connotant ainsi une grande souffrance") de voir cette institution retrogradée ?
- je trouve ça totalement aberrant, on a l’impression qu’il faut brûler ce qu’on a adoré
- la différence entre deux et trois étoiles ça change beaucoup de choses ?
- on dit à deux ça vaut le détour et à trois ça vaut le voyage
(à 1 ça vaut le coup d’œil, à 1 et demi ça vaut le coup d’œil suivi de quelques pas en direction de l’objectif, c’est progressif) le restaurant pour beaucoup de choses mérite toujours le voyage
- qu’est-ce qui a changé ?
- pas grand-chose, y’a eu quelques travaux de faits pour que la maison ressemble plus à une maison d’aujourd’hui, ils ont fait quelques travaux mais quand on rentre on ne se rend pas compte de quoi
(travail soigné qui propose un avant-après indécelable) le bonheur est toujours dans l’assiette avec des plats mythiques, on ne peut pas d’un coup rayer quelque chose comme ça, on pourrait la mettre hors concours en lui donnant une étoile d’or (ou un golden globe, enfin une golden marmite, les possibilités sont vastes)
- qu’est-ce qui a changé depuis la disparition de paul bocuse ?
- sa mort n’a pas changé grand-chose (moment de recueillement)
il faut savoir quand même que dans des cuisines de hautes réputations le chef est toujours à la manœuvre mais il dirige son équipe, c’est pas paul bocuse qui épluchait les pommes de terre (oh ?) le restaurant paye la nouvelle politique, il faut dire que le guide a perdu des lecteurs, il a fait des partenariats ici et là, il a créé un guide sur internet (sur une entité satanique pour le dire plus clairement) on lui demande une certaine rentabilité (nouvelle victime d’un capitalisme avide) c’est avant tout des fabricants de pneus, on les fait toujours avec du caoutchouc (et toc) c’est pas parce que y’a des chanteurs d’aujourd’hui des rappeurs qu’on oublie brel brassens (ces gens capables de piétiner brel et brassens n’ont pas d’âme)
- mais les trois étoiles ne sont pas décernées à vie, c’est quelque chose de sain non ?
- oui mais pour un restaurant trois étoiles on va faire entre six et huit repas, là ce n’est pas possible, c’était mûri de longue date
(un complot : #onvousvoit) avec des inspecteurs plus jeunes qui aiment moins la cuisine traditionnelle (folie de la jeunesse inconsciente) on aime moins les fondamentaux (tout se délite, le travail, la famille, etc) le guide connaissait la nouvelle cuisine, on s’est élargi, on a couronné des femmes à trois étoiles (ou quand l’excessive modernité nous rapproche du naufrage il faut bien le dire) mais là je ne comprends pas, il faut à tout prix l’enlever alors que la qualité est toujours là
- est-ce que c’est de nature à perdre le restaurant ?
- je ne le pense pas
(alors tout va bien donc ?) il a fait le plus grand nombre de clients depuis pas mal d’années ("tremblement de terre" ? "crève-coeur" ?)
aujourd’hui les gens y vont parce qu’il n’y a pas de déception, il y a toujours le même émerveillement (et les lustres de la salle renvoient particulièrement bien la lumière) certains vont aimer le riz au lait de la grand-mère d’autres vont préférer des desserts déstructurés (glups)
à court terme ça ne va pas changer la donne (soulagement)
- merci on le comprend vous êtes dans l’incompréhension ce matin (une incompréhension partagée par beaucoup, les étoiles sont fragiles, protégeons-les) (et restons forts/fortes, groupés/groupées)




- "Le langage est vraiment une chose vivante, douée d’une robuste vitalité. Le langage est comme une graine qui pourrait non seulement endurer toutes sortes de conditions extrêmes mais aussi y prospérer." (Christian Bök, cité dans L’écriture sans écriture de K. Goldsmith, traduit par F Bon)
- "[...] en ne s’exprimant pas lui-même [Bök] rend le chemin libre pour que la langue s’exprime pleinement par elle-même."
- "il s’agit de : travailler à la fabrication d’une "chambre d’écho, en écoutant avec une attention maximum le vomissement d’une émission de télévision" (/de radio, cf K. Goldsmith)

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.