tentatives

"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

en ce moment

Les Vagues, de Virginia Woolf (traduction + journal de traduction en (...)

journal de bord des Vagues -101 ["Je n’imagine rien hors du cercle que mon corps trace"]

samedi 11 juillet 2020, par C Jeanney

.

(journal de bord de ma traduction de The Waves de V Woolf)

.

.

.

.

- le passage original

‘But you will never hate me,’ said Jinny. ‘You will never see me, even across a room full of gilt chairs and ambassadors, without coming to me across the room to seek my sympathy. When I came in just now everything stood still in a pattern. Waiters stopped, diners raised their forks and held them. I had the air of being prepared for what would happen. When I sat down you put your hands to your ties, you hid them under the table. But I hide nothing. I am prepared. Every time the door opens I cry “More !” But my imagination is the bodies. I can imagine nothing beyond the circle cast by my body. My body goes before me, like a lantern down a dark lane, bringing one thing after another out of darkness into a ring of light. I dazzle you ; I make you believe that this is all..’


- ma traduction

« Mais jamais vous ne me haïrez, dit Jinny. Jamais vous ne me verrez au milieu de chaises dorées et d’ambassadeurs sans vouloir traverser la pièce pour venir implorer ma compassion. Quand je suis entrée, à l’instant, le décor a été figé. Les serviteurs se sont arrêtés, les invités ont gardé leur fourchette levée. J’avais l’air d’être prête pour tout ce qui allait suivre. Quand je me suis assise, vous avez redressé votre cravate et vous, vous avez caché vos mains sous la table. Moi je ne cache rien. Je suis prête. À chaque fois que la porte s’ouvre, je crie « Encore ! » Mon imagination s’arrête aux corps. Je n’imagine rien hors du cercle que mon corps trace. Mon corps avance devant moi, comme une lanterne dans une rue sombre, il tire les choses une à une de l’obscurité pour les placer dans un rond de lumière. Je vous éblouie ; je vous fais croire qu’il n’y a rien d’autre. »


- mes commentaires / questionnements

un paragraphe très court, la voix de Jinny
à la première lecture, il me semble assez simple à traduire, c’est là qu’il faut se méfier, je le sais bien qu’avec VW les phrases simples ne le sont pour ainsi dire jamais
I make you believe that this is all’ est sans doute le moment le plus complexe à traduire à mes yeux
d’abord parce que cette phrase met fin à la parole de Jinny dans ce passage, et comme en musique la dernière note résonne ‘autrement’, la dernière phrase d’un paragraphe de VW est très souvent un point d’orgue, une note tenue dans le silence qui suit (d’où ma volonté de ne pas l’abîmer)
et pour arriver à « bien » traduire cette dernière phrase, il faut que je comprenne ce qui fait que cette phrase là et pas une autre est nécessaire ici

- everything stood still in a pattern
j’aimerais bien rendre le « motif » figé d’un dessin que m’inspire ‘pattern’, mais c’est impossible sans allonger la phrase, d’autant qu’en français « motif » a ce sens double d’ornement ou de cause, et je ne veux pas laisser d’ambiguïté
ici ‘pattern’ signifie aussi l’arrangement de la pièce, son organisation qui reste suspendue en l’état
après malaxage en tous sens, je me résous à utiliser le mot « décor » qui est quelque part relié d’une certaine façon à « motif », mais discrètement
- When I sat down you put your hands to your ties, you hid them under the table.’
le ‘you’ est un souci, on peut lire cette phrase comme dédiée à un seul convive, ou à tous, ou à plusieurs
je penche pour plusieurs
chacun est immobilisé dans sa singularité propre, serveur ou convive
j’imagine Jinny, impériale, pointer du doigt un « toi, tu redresses ta cravate », puis un autre auquel elle dirait « toi, tu caches tes mains sous la table », d’où ma répétition du « vous » dans « vous avez redressé votre cravate et vous, vous avez caché vos mains »

- Every time the door opens I cry “More !
je ne cherche pas à modifier mais je suis tentée
en français, le « Encore ! » Pourrait vouloir sembler dire « n’en jetez plus ! » alors que le sens est « j’en veux encore ! »
mais je préfère ne pas alourdir en expliquant/commentant, je présuppose que le lecteur/la lectrice saisira de quoi il retourne
(comme je suis quand même incertaine, je vais voir quel choix a été fait dans les traductions existantes :
Michel Cusin et Cécile Wajsbrot laissent le « Encore ! » parler de lui même
Marguerite Yourcenar ne peut pas s’empêcher d’ajouter sa touche explicative et dit :
« Encore ! comme un enfant qui redemande de quelque chose » – ce qui finalement me conforte dans l’idée de ne pas le faire)

Jinny est une déesse, une entité, Jinny est une comète venue de nulle part, détentrice d’un pouvoir infini, celui de créer son propre monde et de le faire tourner en roue géante sur lui-même, Jinny au centre comme Shiva et sa danse au centre de son cercle de pierre sculptée
lorsque Jinny arrive, plus rien d’autre qu’elle n’existe
c’est un passage visuel, une image arrêtée, les invités statufiés comme des mannequins dans une vitrine, et Jinny au centre, avançant entourée d’un cercle parfait et lumineux
(‘circle cast by my body’, ‘ring of light’)
Elle dit : ‘ I can imagine nothing beyond the circle cast by my body’
« Je n’imagine rien hors du cercle que mon corps trace » (j’aurais pu mettre « dessine » au lieu de « trace », mais il y a dans « dessine » quelque chose de délicat, de décoratif, qui rappelle le « motif » plus haut alors que c’est tout le contraire
le décor autour de Jinny est figé, et elle avance, avec force, avec dureté, elle trouerait la feuille si le salon était de papier
cast’ est un verbe de mouvement, jeter, lancer, ce n’est ni posé ni sage
« trace » dans mon esprit est plus lourd que « dessine », on pourrait dire plus musclé)

il n’y a rien d’autre, hors du cercle (‘this is all’)
mais le plus important est peut-être ‘I make you believe
la déesse Jinny hypnotise ses proies avec ses cercles de lumière mais elle n’est pas dupe
(elle sait sûrement que ce qui est dans l’ombre, à l’extérieur du cercle, est certainement plus puissant qu’elle)

.


(work in progress)

.

.

.

.

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)</

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.