"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[directions]

carotte

samedi 3 novembre 2012, par Christine Jeanney

Cette histoire de carotte dans les glaces, enfoncer un tube de métal jusque loin, très loin, répertorier des tranches de temps superposées, y traquer des indices pour savoir comment se fabrique l’endroit où on pose les pieds

Les mots lus entendus les livres, ça part du fond depuis l’enfance l’empilement de feuilles découpées en rondelles Les premières cartonnées épaisses colorées, imagiers alphabets Puis plus fines mais les lettres encore grosses, Enid Blyton sûrement dedans Plus minces les tranches, leur variation étrange, couleur sépia ou grisé pâle, formats de poche, atlas, certaines cornées, d’autres si lisses qu’elles se collent aux suivantes, extraits compacts en rime en prose Les chocs, les feuilles répétées relues et redites à voix haute, ça fait des tranches semblables où la parole vibre et dans les blancs la main comme elle accompagne les silences Les déversées en flots, tellement de flots d’une faim énorme, ça coule, tête secouée et yeux ouverts si tu voyais comme ça résonne dedans Et d’autres tranches, volatiles, venues d’autre part, mouvances lancées sur le tableau de bord, bordées de sons croisées d’images, routes transversales vers d’autres, leurs autres mots qui enflent et passent et se piquent dans la surface si fine des disques empilés

J’ai pensé à ça cette nuit, qu’on trimbalait tous avec nous notre tube, lamelles rondes de pages accumulées longilignes, mots debout à côté de nous. On le tient, serré contre soi un bras passé autour. Et lui bouge l’endroit où on pose les pieds pendant qu’on marche

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.