"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[cut(s)-up]

Commencer par la fin - février

jeudi 1er novembre 2012, par Christine Jeanney

à partir de Comment écrire au quotidien (365 ateliers d’écriture) de Pierre Ménard
mon texte reprend les derniers mots de chaque exercice, excipits dans l’ordre

(#écrire)
fins de

Plus fluide, plus profonde, plus vie que la vie elle-même, des ready-made poétiques, sans motivations. Presque rien. En même temps, un espace et du temps, grands. J’assiste à leur montée dans l’attente et le désir, et le travail, dans l’étude jusqu’à toucher au bord des choses avec le bord des mots. A force, on entend presque le bruit de la machine : non un chant mais une basse continue, la renaissance d’une langue, la sortie du néant et les sons Mézigue aiguisant zigzag le tout sur le tout, Aphorisme coincé entre Aphonie et Aphrodisiaque.

Les larmes, de haut en bas, jusque sur le dessus de mes chaussures noires à larges lacets, passant d’un univers à l’autre à plusieurs reprises, tout un système de notes et de renvois (d’ascenseurs). L’inventaire des textes, des films, qui ont posés chacun à sa manière cette même question : ce crâne dont il faut soutenir le regard aveugle ; un soir répété comme un refrain lancinant, le texte dont le mouvement et la structure sont le reflet de ses promenades, galerie de figures, singulièrement, puis ceux qui viennent en écoutant une bande enregistrée.

Le sens de la vie, sans forcément en comprendre le sens justement, mais pour en suivre la direction. L’esprit s’en saisit, selon son mouvement et son rythme, phrases courtes qu’on enchaîne les unes aux autres, sans ponctuation, usant d’une syntaxe disjonctive, et l’attention au substantif. Pour l’esprit ; une autre façon de briser les lignes, décrivant chaque scène à l’aide de courtes phrases pour les inscrire. POUSSIÈRE. Ou de manière sonore : FLUX par séquences et saccades. Une parole d’effraction et de révélation : Brute de langue. Attention, d’un texte à l’autre.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.