"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES DE LIEUX //

lieu // avec (vasecommuniquer)

Anne Savelli, dans chambre close (#vaseco de décembre 2009)

vendredi 4 décembre 2009, par Christine Jeanney

chambre close

une voix derrière la vitre, leurs voix à tous deux venus aux nouvelles, leurs mots de bonjour, d’encouragement ; un peu de soleil par une seconde vitre, celle de la fenêtre, un rayon flexible qui rend la joue tiède, apprend que c’est mai, juin puis début juillet ; parois du berceau, des barreaux des draps, les cornettes des soeurs ; et les voix surtout, rappelant chaque fois que la vie est là, dehors et dedans, tu sais pour l’instant (inflexions, accords, velouté du grain) on ne peut rien faire, ni te toucher ni t’approcher ni te consoler autrement mais nous sommes là, là derrière la vitre, là et vraiment là et totalement là et nous te tenons par le pont des voix, les déplacements d’ombres entre mur et porte, entre le couloir, la vitre et ta chambre ; la peau, son parfum ce sera pour bientôt

il y aurait eu l’idée de passer à travers la vitre un bras, une épaule, dix doigts, caresser la joue sans briser le verre ; l’envie d’en finir avec ces histoires mais qu’est-ce qu’elle a on ne sait pas revenez demain l’envie de sortir, allez, au grand air, et merde aux microbes, à la vie étanche

bosquets, chemins de gravier, métro et sortie : se retrouver ailleurs enfin, dans une rue, dans un lit, dans des bras

Anne Savelli

qui prend ma place comme je prends la sienne en ce premier vendredi du mois.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.