"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[cellulose]

piscine déserte

samedi 28 juillet 2012, par Christine Jeanney

Piscine déserte (celle où je vais et à l’heure où j’y vais) - sur le dos - les oreilles englouties dans les bruits intérieurs/extérieurs ne signifient plus rien ces termes dedans/dehors – en face en haut, hublot géant et poutres de bois croix, miel, le bleu du ciel en quart de tarte découpé - tourner, guetter le mur, repartir à l’inverse – quand j’en sors l’apesanteur la pesanteur bras lourds, et l’impression qu’au dessus de la surface de l’eau flottent mille petites brisures que je laisserais, et nœuds - douche bouillante – une fois dans la voiture, quand l’eau s’éloigne je suis calme, je sais qu’elle avale mes nœuds sans les mâcher pendant que je m’en vais en fabriquer des neufs, inadvertance - cycle H2O dans les tuyaux en particules construites

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.