"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[àrêve]

àrêve de voix haute (4)

mardi 4 décembre 2012, par Christine Jeanney

et ces jours/matin/soirs, il faudrait dire, jours/matins/soirs où la voix ne peut pas parler, voix haute éteinte, interne,
et même pas ’ravalée’ -
qui voudrait dire qu’une fois née elle se repend, s’en retourne, yeux fermés - éteinte - sans présence - n’a pas été - pas ravalée
on la guette, on attend un murmure, l’indice qu’elle nage dessous en poisson silencieux et que bientôt elle jaillira, nageoire dorsale brillante ou long serpent de mer, face de dragon chinois et tentacules miracles, on l’écoute, on tend l’oreille, mais n’est pas là
éteinte,
interne
sans force
dedans ces jours/matins/soirs, sans durée, pourraient tenir éternellement, la voix éteinte à l’éternel, plus jamais haute, tenir
dans ces jours/matins/soirs composer compassé assembler réserver, courber la tête et l’incliner en souriant - remplir l’attente de la voix haute avec des semblants de paroles

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.