"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

AUTRES TENTATIVES //

[à l’intime (et roumégations)]

doute et doute

vendredi 14 décembre 2012, par Christine Jeanney

des questions ce matin

1/le doute (sur qui on est, ses choix, ses directions, ce que l’on fait) n’est pas une activité solitaire,
c’est par rapport à l’Autre et à travers ce que l’on sait de cet Autre que le doute existe

2/le doute serait une activité bénéfique dans le sens où elle nous pousserait à fouiller plus loin, sous l’apparente surface, pour débusquer un sens ou une idée que l’on ne pourrait pas rejoindre autrement

3/le doute, d’humain à humain, suppose peut-être que l’on considère l’Autre comme égal

4/ainsi lorsque je crée (je au sens de n’importe qui) si je propose à l’Autre-égal-de-qui-je-suis ce que je crée, le doute bénéfique s’installe, sur sa réception, son écho, rebonds, suites, cheminements, déplacements vers, et ce que cela engendre dans la forme ou le fond de ce qui est créé

5/considérer l’autre comme "inférieur" amène à lui proposer des créations-recettes, contrôlées pour obtenir un résultat
(en art contemporain, ça pourrait être l’artiste qui se place sur le plan du brio de la performance, pour obtenir l’admiration ou la reconnaissance et rien de plus, no contact)
(en littérature, ça pourrait être celui qui fabrique son texte "en vue de", 30% d’action, 20% de personnages charismatiques, 5% de sexe, 10% de rebondissements inattendus, etc., pour obtenir sucès, admiration, reconnaissance, avoir sa place, no contact)

6/les créations-recettes-contrôlées-pour-faire-de-l’effet disent à l’Autre qu’il n’est ’pas à la hauteur’,
l’infantilisent, le placent dans telle ou telle situation à dessein
c’est une interaction hiérarchisée qui place le je créateur en hauteur muni d’un arrosoir,
ainsi il nous arrose avec sa création et nous réagissons en tant que bonnes plantes vertes ("oui, je prends, oui j’admire")
sans que cela débouche sur rien d’autre que cette réaction attendue/provoquée (pas de suites)
c’est l’écriture de certains livres où l’auteur installe des boutons-pressoir qu’il actionne en écrivant :
ici admirez, ici soyez émus, ici notez comme c’est drôle, ici remarquez comme c’est intelligent
(une écriture panneau de signalisation)
l’arrosoir est heureux d’arroser
et les plantes vertes sont sécurisées d’être posées sur étagères dans un monde simple et lisse, lisible
(j’aime le non-lisible d’entrée, pour l’égalité qu’il installe entre tous) (mais certains préfèrent une figure tutélaire, un berger qui les guide, ça repose) (ils aiment aussi les classifications, prix, récompenses, médailles ; d’être remarqué par le berger satisfait le mouton)

7/les créations qui s’adressent à l’Autre-égal-de-qui-je-suis proposent, mettent sur la table des doutes à questionner, ensemble, pour crever la surface des choses, faire surgir d’autres paysages

8/c’est un équilibre fragile, le doute
il faudrait qu’il soit tendu vers "je ne suis pas sûre de l’endroit où je vais mais je dois y aller" et "toi, Autre, dis-moi si ça résonne en toi et comment et avançons, un pas après l’autre, ton écho, mon rebond",
nos directions se croiseraient pour nous apporter à chacun un plus et pour ensemble contourner les portes fermées et la pensée prête-à-l’emploi bétonnée

9/c’est énervant que le mot "doute" puisse s’appliquer aussi à celui qui se pose des questions sur la couleur de la chemise qu’il va acheter, ou sur le nom du personnage principal de son prochain roman (les gens "remplis de doutes" qui ne doutent de rien au fond, parce qu’ils confondent doute et hésitation)

10/l’équilibre fragile peut dégringoler facilement
bousculé par la pensée béton
et la hiérarchie verticale sous-entendue, latente,
mais c’est l’Autre qui peut donner une tape dans le dos pour rétablir l’acrobatique posture, je préfère avancer dans le doute

(peut-être que dans mon esprit doute et germination sont deux mots de la même famille)

Messages

  • une qualité ou un défaut que j’ai acquis pré-adolescente, le doute - et qui me fait faire un pas en arrière, pour regarder en paix ce qu’offrent les fabricants d’idées, de textes, (mais que je tais parfois avec l’âge pour avoir paix)
    le doute qui nous fait marcher en équilibre dans la vie, le doute qui ne doit pas pourtant être paralysie, le doute qui donne sens par son franchissement, par choix, sans sécurité

  • Quel texte, Christine ! Si juste, si vrai sur la réalité de ta pratique. En le lisant je comprends mieux ce que je percevais de chance d’avoir pu être cet Autre que tu traites en egal. Ce que tu dis de la lisibilité, de l’installation d’une égalité entre tous est profondément vrai de tes écrits, mais hélas il m’est aussi arrivé d’être peu lisible de façon moins maîtrisé. Et le fait que le texte écrit pour l’Autre égal doit mettre sur la table ses propres doutes comme une poignée à saisir, quelle éthique mais aussi quelle exigence.

    • ah moi aussi, la non-lisibilité (avec Lotus seven je pense, où je suis pour le moins obscure...), c’est l’équilibre en balance et parfois il faut bien tomber du côté obscur de la force pour tendre vers l’autre côté ^^ (en tant que jeune padawan c’est ce que je me dis pour continuer d’avancer) Merci beaucoup Philippe !

  • rebondis pour l’instant (reviendrai moins fatiguée) sur L’arrosoir est heureux d’arroser et ma foi, me sens arrosée heureuse, et adore cet arrosoir heureux : ce n’est pas qu’une formule, ou peut-être en est-ce une justement, pour éloigner le doute ou mieux le distiller, mais j’adore, voilà, mais pas que... pour l’instant, reviens bientôt

  • C’est dans la solitude, intolérable corruption de conscience tranquille, que je crains le doute qui se meut dans une nuit des temps. Vous avez raison. Énervant est ce doute qui remet en question l’existence même et sa légitimité.

  • "il y a des jeux pour enfants comme ça, on devrait reconnaître la bonne ombre du bon doute et les relier entre eux " : c’était donc ça le schéma Poreuse (dit-elle en se réveillant), un jeu d’enfant pour l’experte en ombre du doute que tu ne manques pas d’être, no doubt là-dessus !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.