"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

AUTRES TENTATIVES //

[alvéole]

barrières

samedi 26 janvier 2013, par Christine Jeanney

...

Chacun pris dans une alvéole, celle des bruits, de la ligne de mire, des graines, de l’arrondi, des éclatures.

...

Barrières tenaces et invisibles (la paume de sa main retournée et touchée une seconde), ses yeux à travers les barreaux, un cri, un son, fort, dont la tension masque s’il est aigu ou grave, que l’intensité de ce son et l’idée qu’il est continu ou presque, sauf quand il abandonne, si simple de s’abandonner au froid, le grand sommeil avance vers lui, mécaniquement). Les gens passent, dame à l’âge mûr sous son chapeau, homme en manteau écharpe noire, un autre en baskets rutilantes, les gens passent comme s’il n’était pas là, les barrières le tiennent hors du lieu, un promontoire inconfortable. Les moineaux autour de caddies picorent s’échappent, un autre monde aussi, fait de rapines. Ici, devant les portes transparentes, personne ne rencontre personne, les choses se frôlent, ne se mélangent pas. Ne pas se voir, ne pas s’entendre, ainsi les choses ici vivent en autonomie et elles sèchent. Il écarquille les yeux (un réveil, un sursaut, quelque chose qui se passe, qui se passerait, ce qu’il voudrait) et il sourit, il balbutie trois mots, il salue, il indique, il oriente, toujours de sa main paume offerte, et il crie en silence ce que personne n’entend. Un bonnet de laine marron, un blouson passe-muraille, adossé contre la poubelle, bonjour monsieur, bonjour madame, merci, et les oiseaux pépient en s’envolant plus loin, et puis reviennent, les gens passent et s’écartent, yeux détournés volontairement. Un lieu inaccessible ou vivre, plus escarpé et plus lointain que ces rochers en haute mer, les voitures se garent contre, des clients en descendent, marchent le long de l’infinie distance sans la réduire. Le froid englobe tout, parce que ses bras aveugles ne savent pas choisir.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.