"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TRADUCTIONS

Les Vagues, de Virginia Woolf (journal de traduction en cours)

journal de bord des Vagues -5 [pas de bords]

dimanche 10 février 2013, par Christine Jeanney

.

(journal de bord de la traduction de The Waves de V Woolf)

.

.

pas de limites, pas de bords

traduirécrire n’est pas délimité matériellement dans l’aire bien définie devant l’écran et face au texte

ça s’emmène avec soi au cours des déplacements obligatoires, se déplace, un vêtement qu’on porterait aussi en faisant la vaisselle, les lessives, en passant les vitesses dans la voiture

on fait les gestes mécaniques, la phrase plane à hauteur des yeux,
des mots flous s’alourdissent, prennent corps, s’arrêtent concrètement

"Au fond" ou "Dans les profondeurs" à la place de "Down there",
ne pas les perdre, jeter le torchon en travers du radiateur sous la fenêtre pour vite l’écrire,
"au fond" ou "dans les profondeurs",
choisir entre les deux, avant de repartir enchaîner les mouvements pragmatiques

noter les changements de temps à la fenêtre comme on remarque de très loin un détail sans importance, les évènements d’une fiction que l’on n’a pas envie de suivre

trouver l’équilibre, remplacer, ajouter,
se tromper, ce vêtement force à marcher sur un fil élastique dont on tient soi-même les deux extrémités illimitées

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.