"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TRADUCTIONS

Les Vagues, de Virginia Woolf (journal de traduction en cours)

journal de bord des Vagues -9 [une respiration saccadée]

jeudi 14 février 2013, par Christine Jeanney

.

(journal de bord de la traduction de The Waves de V Woolf)

.

.

"But she is blind after the light and trips and flings herself down on the roots under the trees, where the light seems to pant in and out, in and out."

la lumière vibrante, présente, cachée, jeux d’ombres et clarté par intermittence

..."to pant in and out, in and out"

l’idée du souffle et d’une respiration saccadée, comme la lumière saccadée entre les branches et les nuages, cette idée à rendre

"Mais la lumière l’a aveuglée, elle butte contre les racines, elle se jette là, sous les arbres, on dirait que la lumière halète, s’essouffle, respire."

Constat d’échec pour l’instant, mais sentir qu’il faut continuer et qu’à la relecture
(je ne tente plus de prévisions, j’ai compris maintenant que première, deuxième, troisième relecture n’a aucun sens, on ne compte pas, tant que ce n’est pas - pour soi-même - cohérent/juste/d’aplomb/que ça ne tient pas debout tout seul quand on le pose)
je devrais modifier ici, ma phrase peut-être trop sage, trop calme, cette histoire de souffle, oppressé, allant, venant, ouvert, fermé, en vagues

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.