"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[à l’intime (et roumégations)]

#roumégation des lignes

dimanche 17 février 2013, par Christine Jeanney

cette facilité constatée : admirer ceux qui avancent pourtant en rugosités-amertumes-égoïsmes
l’admiration pour le monstre, l’admiration pour le caractériel

sans doute une vieille peur ancestrale-enfantine, celle que l’on aurait envers le puissant, l’ogre, l’entité non cernable ? lui faire allégeance pour ne pas qu’elle nous morde ?

c’est une peur inutile, le monstre aime mordre,
il mord un jour où l’autre, et préfère sûrement mordre encore plus ceux qui l’admirent le mieux
(question de proximité)
(le monstre n’a qu’à se pencher)
(le monstre est partisan du moindre effort)

c’est encore une question verticale
(d’admirer le monstre, le travail du monstre, les éructations du monstre, de pardonner le monstre d’être monstre)
(c’est un point de repère facile, médiocre parfois)
vertical
le vertical est une lâcheté

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.