"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[saugrenettes]

saugrenette de la vitre coulissante (8)

jeudi 14 mars 2013, par Christine Jeanney

ainsi il me salue, je le salue aussi, échange de regards courtois, personne ne peut savoir que nous nous haïssons, silencieusement, mutuellement, c’est un butor, le prototype du fat, cerveau puissant d’amibe, raisonnements de sumo ; la vitre qui couvrait le monde glisse, se pousse, et derrière elle les couleurs changent, le vrai devient concret : je le salue et de la boue lentement le recouvre, il me salue, ses yeux me lancent des bogues de châtaignes ; d’autres passent dans cette rue, hommes et femmes : celle-ci, lumineuse étincelle, celui-ci accueillant, bras de fauteuil très doux, celle-ci rongée comme ses doigts, des larmes pour manteau, celui-ci froid, cheveux de pierre, et d’autres, ceux-là, avancent, promènent des têtes de nombrils, s’enroulent sur eux en coquillages étanches (cette vitre bien cruelle, ou la lumière trop crue ; pourtant, oser regarder et chercher à quoi ressemble son propre visage)
(manque la photo)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.