"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[saugrenettes]

saugrenette du Rien en personne (33)

mardi 9 avril 2013, par Christine Jeanney

ainsi, le long de la rue neuve qui longe le lycée (une rue bordée d’allers-retours de lycéens, et leur démarche imprévisible), je vois face à moi un homme s’avancer, assez âgé, portant casquette, une stature du passé, autre génération, dégaine tranquille, vague ressemblance avec Prévert, il tient à la main et derrière lui le manche de quelque chose, non pas une laisse avec un chien (ce qui serait très naturel) ni le bras d’une valise à roulettes (la gare n’est pas si éloignée), mais un rouleau de jardinage, énorme et lourd, ce qui sert d’habitude à aplatir la terre (il est sur le trottoir, rouleur d’asphalte, dégaine tranquille, Prévert qui marche et quand je passe il me sourit, j’ai peut-être vu un clin d’œil, l’homme qui n’aplatit rien n’aplatit que du plat va son petit chemin, casquette sur l’oreille, mégot au bec, se moque de lui de moi, lui dans un sens et moi dans l’autre, se croiser se sourire et ne servir à rien, tous les deux inutiles et joyeux, vaquer sans destinée, flanqués de rien qu’une trouée de soleil)
(manque la photo)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.