"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TRADUCTIONS

Les Vagues, de Virginia Woolf (journal de traduction en cours)

journal de bord des Vagues -16 [come to the top]

mercredi 1er mai 2013, par Christine Jeanney

.

(journal de bord de la traduction de The Waves de V Woolf)

.

.

"But I do not wish to come to the top and say my lesson. My roots are threaded, like fibres in a flower-pot, round and round about the world. I do not wish to come to the top and live in the light of this great clock, yellow-faced, which ticks and ticks."

"come to the top", remonter, s’élever, aller au sommet
C’est Louis qui parle. Il souffre de son accent australien, au milieu des autres, tous Anglais, et certains, fils de gentlemen. Lui ne veut pas se dévoiler. En classe, à l’heure de réciter les verbes, il ne veut pas être le premier, ni visible. Il est pâle et soigné, les autres se moquent de lui. Il y a de la colère et de la frustration en lui, de la jalousie aussi. Presque de la haine, mais une haine enfantine, celle qui n’attend qu’un déclic, un petit signe, pour se transformer en adoration.
"come to the top" se dévoiler, se retrouver sous les yeux de tous, prêter le flanc aux attaques.
Je ne peux pas choisir un seul verbe pour traduire come to the top, et comme je garde l’idée de la salle de classe, que je la visualise, avec son estrade, ses pupitres alignés, je prends le mouvement de l’enfant.


« Mais moi je suis pâle ; je suis propre, mon pantalon est retenu par une ceinture à boucle de serpent. Je connais ma leçon par cœur. Je la connais mieux qu’ils ne la connaîtront jamais. Je sais réciter tous les modes et les genres ; je pourrais tout savoir sur le monde entier si je le voulais. Mais je ne veux pas me lever, m’avancer et réciter ma leçon. Mes racines sont tressées, comme celles des plantes dans leurs pots, en filaments, entortillées autour du monde. Je ne veux pas me lever, m’avancer et vivre sous la lumière de cette grande horloge au visage jaune, avec ses tictacs, tictacs. »

(et bien sûr, le souci de "round and round about the world". Je vais avancer encore dans le texte en sachant qu’il faudra revenir sur lui, et que c’est peut-être l’image des racines prisonnières du pot qui doit rester, non pas des racines qui enveloppent un monde, mais des racines circonscrites à l’intérieur)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.