"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

TENTATIVES PONCTUELLES //

[petits dialogues bouchés]

il faut

lundi 6 mai 2013, par Christine Jeanney

*

*


« – Quel aplomb, non mais quel aplomb !
– Pardon ? C’est de moi que vous parlez ?
– Mais écoutez-vous un peu, mon vieux !
– Qu’est-ce que j’ai dit ?
– "Il faut" !
– Eh bien oui, il faut...
– Et vous répétez "il faut", "il faut" ! Vous martelez.
– Mais c’est qu’il faut...
– Et la nuance, mon ami ! La nuance ! La modestie aussi. Car enfin, qui sommes-nous pour savoir ?
– C’est qu’il faut...
– Ah, vous n’en sortez pas ! Englué, là, vous insistez, vous insistez !
– Mais...
– Un peu d’air, que diable ! Un peu d’espace ! (il écarte les bras) De la folie ! Du non-conventionnel ! (il articule) Des Zou-ver-tures !
– C’est que...
– Quoi ?
– ... je voulais dire : il faut bien se garder de trop de certitudes. Ah, et aussi, il faut faire attention, ce parapet n’est pas très stable... Sinon, vous venez souvent à Étretat ? »

Messages

  • ai pensé un moment au "c’est bien ça" de Sarraute - le déroulement est autre, et la chute joyeuse
    bonne journée

  • et les didascalies didascalèrent, je crois que c’est la première fois, mais faut que je relise... aujourd’hui, je n’ai pas arrêté de dire "il faut que..." pour laisser finir mes élèves (conjugaison du subjonctif présent) : je crois qu’ils auraient préféré que je lise ton texte (je le ferai peut-être d’ailleurs...)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.