"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

TENTATIVES DE LIEUX //

lieu // la chapelle de Ronchamp (journal du Théodolite)

refus des petites morts #JournalDuThéodolite

dimanche 9 juin 2013, par Christine Jeanney

(début du projet Théodolite
visible ici
et )

.

D’abord monter, la pente est douce.
Ensuite la grille, grille neuve, un filet quadrillé de fines lignes qui ne coupe pas la vue.
Ce qui s’ouvre derrière, tout entier. À hauteur de regard, en contrebas, loin au-dessus des nuques. Comme si le corps perdait les angles et les butées, comme si tourner le cou était devenu soudain possible, du seul fait de monter, et ce possible neuf, parce qu’on ne savait pas, lorsqu’on était coincé en bas, que l’on était coincé.
L’horizon à courbures dégradées vert, bleu roi.
Les rues de R plus bas, posées au sol en nervures de chair brique. Un sapin sombre en plein milieu, ses branches sur lesquelles accrocher des choses, l’idée légère.
J’avance jusqu’aux pierres roses, c’est l’entrée du petit cimetière, quelques tombes seulement. Ne sachant rien, je pense que ce sont des hommes de foi qui sont là, enterrés près de la Chapelle (il suffit de lever la tête, entre le lierre les croix les branches, pour la voir).
Il y a de belles ombres sur la colonne à feuilles d’acanthe, les ombres d’autres feuilles qui bougent, on dirait qu’elles se moquent des feuilles grises de pierre, mais gentiment. (et puis elles, elle disparaîtront.)
À la fin il se dressera sur la poussière.
Né à Varsovie le 7 mars 1792.
Et j’allais repartir, mais j’ai fait un pas en arrière, à cause de ce profil de tombe, cette pierre, c’était comme s’il lui manquait les jambes. Cette pierre toute petite, si vieille, peut-être qu’elle est trop vieille pour avoir été conservée entière, c’est ce que j’ai pensé. Mais c’était un bébé, et le même prénom que ma fille. Née le 15 juin 1855, morte à l’âge de deux mois. C’est mystérieux cette tombe minuscule, enserrée entre d’autres plus grandes.
En repartant je demande à l’accueil. Pourquoi dans le cimetière... ?
C’était une famille de protestants, me dit la dame. Ils n’ont pas eu le droit d’être enterrés en bas, ils se sont acheté ce morceau de terre. Ferguson Tepper.
Quand je repars, je cherche le cimetière d’en bas, pour voir à quoi ressemble un cimetière qui refuse les morts. Des contreforts et de hauts murs, des grilles épaisses violettes. Je ne rentrerai pas.










.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.