"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[la série de l’été 2013]

Une bonne leçon de son cru...

lundi 29 juillet 2013, par Christine Jeanney

synopsis : "Bien qu’elle soit maintenant titulaire du permis de conduire, Claire n’a pas le droit d’emprunter la voiture de son père. Passant outre son interdiction, elle parvient à s’emparer des clés et part rejoindre ses amis pour passer un bon moment. S’apercevant de la manœuvre de sa fille, Michael décide de lui donner une bonne leçon de son cru... "

générique  : Claire et Mickael se lancent une balle multicolore qui rebondit aux quatre coins de l’écran en faisant apparaître - effets spéciaux - les noms des acteurs en surimpression, puis leurs visages, étonnés, souriants, ahuris, effrayés, hagards, désargentés, désapprobateurs, affamés et dégingandés, parfois le tout en même temps - l’école de l’Actor studio est perceptible sous la désinvolture, une exigence palpable, mais sans arrogance, ces gens sont des professionnels.

Mickael _ Ay ! Cœttœ Clairœ ! Vohons un pœu quœlle bonnœ lœçon dœ mon cru jœ vais lui donnœr !

(il est possible qu’un dysfonctionnement passager altère la qualité du sous-titrage)

Mickael se frotte les mains et lance une œillade complice au spectateur qui, par malchance, à ce moment précis, vient de quitter le salon pour la cuisine où il se sert une assiette de chips. Dayans Wamon (dans le rôle de Mickael) n’en prend pas ombrage, ce qui est tout à son honneur, mais sucre allègrement une large partie du dialogue, prétextant des maux de tête imaginaires. Il exige de voir ensuite le réalisateur, Leonard R Garndner Leonard R Jr The Third, dans sa caravane, juste après la scène ou Claire décolle l’aimant que Mickael avait collé sous le tableau de bord avec du chewing-gum pour tronquer le compteur de vitesse et ainsi la pousser à ôter son pied de l’accélérateur dans un cri suraigu et cristallin. Pendant que Dayans Wamon demande une augmentation et un soda light, Leonard R Garndner Leonard R Jr The Third oublie de lancer la bobine de rires préenregistrés. Les studios ABC (American Broadcasting Company, et non pas Alphabet Basic & Common, ce qui serait pourtant plus logique), suspectant une brutale baisse d’audience, se retirent de la production et mettent la caravane en vente sur ebay. La société Freedent porte plainte pour préjudice moral et demande à ce qu’une note précisant que "le collage de chewing-gum sous les tableaux de bord n’est pas autorisé par la société Freedent" apparaisse pendant le générique de fin qui clôt le dénouement de cette malheureuse série, nous laissant pratiquement orphelins.
Heureusement que étions nous aussi dans la cuisine, sinon quel choc.

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.