"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[la vie avec Planck]

il y a cette maison, elle n’a rien de spécial...

dimanche 22 septembre 2013, par Christine Jeanney


il y a cette maison, elle n’a rien de spécial

j’explique à Planck :
c’est la maison de la dame qui est morte
comme ça une nuit en dormant
une dame qui était veuve et qui faisait des courses et gardait des enfants
je passe tous les jours devant
la maison de la dame morte en dormant
l’autre jour, devant la maison, "à vendre"
et aujourd’hui des gens ouvrent la grille et entrent leur voiture
des gens d’ici
peut-être qu’elle les avait croisés à la caisse en achetant des tomates
des choses n’ont pas été dites,
comme ce dialogue à la caissière "Vous voyez le monsieur là-bas ? c’est celui qui va acheter ma maison quand je serai morte en dormant et il dormira dans ma chambre avec sa femme"
et le monsieur derrière "Vous voyez la dame à la caisse ? je vais dormir dans sa chambre avec ma femme, je me laverai dans sa salle de bain, prendrai mon courrier dans sa boîte, et depuis la cuisine on regardera le même jardin"
ça n’est pas dit, sauf dans ma tête

l’onde des mots non prononcés
est-ce qu’elle existe cette onde, tu crois ?
des ondes parallèles, des ondes impossibles

— avec nous c’est la même chose
tu me parles et je te réponds
on appelle ça des ondes subtiles


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.