"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[la vie avec Planck]

si les ondes s’effondrent alors le chat...

samedi 28 septembre 2013, par Christine Jeanney


si les ondes s’effondrent
alors le chat de Schrödinger est moitié mort / moitié vivant

et Schrödinger
moitié mort et moitié vivant ?
et Planck, moitié / moitié lui aussi ?
moi, moitié là et moitié néant, c’est perturbant
je n’ai sans doute pas tout compris

M regarde par la fenêtre
les mésanges
moitié absence moitié s’agitent avec leurs petites têtes bleues
et se chamaillent
M dit " derrière la surface rigide un volume souple"
je veux dire qu’elle le dit à cette seconde précise
et moi j’écris depuis le grand fleuve noir des ondes effondrées
qui lui aussi est souple sous sa surface dure

c’est rassurant / temps déréglé

Planck pose un chat sur ses genoux
yeux moitié vert & moitié pénombre
chat du Cheshire


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.