"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

TENTATIVES PONCTUELLES //

[la vie avec Planck]

Planck a vu...

samedi 5 octobre 2013, par Christine Jeanney


Planck a vu mourir ses enfants
Planck a vu mourir ses parents
et puis cette histoire d’ondes

de la magnésie sur les paumes
il se frotte
un petit nuage vole, blanc poudreux
Planck fait de la gymnastique, cheval d’arçon, barres parallèles, asymétriques, anneaux, Planck à la croix de fer virevolte,
justaucorps noir, petite moustache,
un chapeau claque comme les frères jacques

—ces ondes là sont sympathiques, elles se réduisent sans déborder, dit Planck
des millions de gens assemblés pour applaudir aux tournoiements
ces ondes là n’ont pas d’impact
de toutes petites ondes serrées
gentilles comme des osselets

hop fait Planck en faisant la roue
une vrille et hop
retombe sur ses pieds
ça ne sert à rien, c’est reposant
pense Planck, il se met à chanter lalala, comme ça,
sur l’air de Quand le ciel en aura marre de nous

Planck a vu mourir ses enfants
Planck a vu mourir ses parents
et puis cette histoire d’ondes


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.