"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[Oblique (textes /premier jet)]

Et c’est la nuit

samedi 16 novembre 2013, par Christine Jeanney

tous les textes du projet /oblique


[précédent / Un mur une voix, rien d’autre]

Et c’est la nuit. Derrière soi la fontaine est là, au centre de sa courbe, petit théâtre. Le robinet et son bouclier où deux têtes de sable coulent, et devant soi, tout l’horizon, les étoiles et les lampes mêlées. Une main découvre et montre à mesure qu’elle s’écarte le fond du ciel, que l’image filmée fait toile, fibreuse, brouillée de jets anarchiques, soudains, comme des éclairs de joie.

La Pantasema va brûler, belle matrone, ventre et carton gonflés de couleurs de papier, épaules de fer. On l’emmène, géante docile, des fleurs autour de ses bras et dans les mains qui la portent et la suivent des étincelles, des crécelles lumineuses, éclats d’étoile à hauteur de poitrine. La nuit, on fête la mort de l’été avec des danses. Puis c’est elle qui danse, on la pose à dos d’homme qui se cache sous ses jupes et tournoie, pavane, une farandole qui fête la fertilité et la nuit n’est pas vraiment la nuit mais chaude, les voix la repoussent en cadence et font naître autre chose, une nuit de mystères en liesse qui viennent d’une autre nuit vertigineuse.


[suivant / Les garçons font semblant]


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.