"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[Hachèmes]

Hachème du conseil pour s’attendre

mardi 16 septembre 2014, par Christine Jeanney

- au rythme d’un par jour -
- tous les hachèmes ici
-

un pépiement sans fin
ça ne se propage pas, mais dès qu’on s’en approche - au prix de mille ruses, le corps à déplier avec ses injonctions douleur, toi tu avais des sabots verts brodés et moi des rouges, nous nous sommes reconnues, nous n’avons pas marché longtemps parce que tu te tordais déjà, déjà on entendait siffler Déjà en acouphène - mais dès qu’on s’en approche - oh j’aimerais que tu me suives, j’ai vu une femme qui te ressemblait sur la jetée, un foulard bizarrement coincé dans les branches de ses lunettes, peut-être qu’elle avait les dents écartées je n’ai pas vu, je n’ai pas osé lui sourire et elle n’a pas montré en me souriant qu’elle savait qu’elle te ressemblait - on s’en approche, et on l’entend de loin ce pépiement, ce pépiement sans fin - on pourrait croire, on pourrait même dire que le bruit s’amplifie, mais non, c’est juste qu’en étant à côté, le sable et la promenade, la côte se continue en collines avec des visages endormis, des cheveux d’herbes, à droite de soi c’est l’eau, les rouleaux, ça bat continuellement, l’écume, du jaune crème et les lambeaux de vert foncé que sont les algues, entortillées, aussi des os de seiche minuscules, il y en avait deux, ovales, presque l’un à côté de l’autre comme deux frères échoués qui n’ont pas eu le temps de grandir, à gauche de soi des grilles, des barrières de métal un peu tordues, et les barreaux qui manquent font qu’elles ne délimitent pas vraiment ou pas grand chose, pourtant on ne peut pas passer, de toute façon il n’y aurait pas la place à cause de toutes les coques mises côte à côte, certaines penchées un peu, comme adossées à une amie, rouge passé, c’est le sel qui farine ce qu’il touche, le dessus des chaussures, les pieds, le bout des doigts, et blanc, beaucoup de blanc, du blanc de toutes les sortes, un peu noirci, un peu sourd, un peu cotonneux à pointes rouille, nuancé d’orange grisé, par contre les mâts sont gris, d’un très beau gris, on dirait qu’ils sont neufs, contre eux des cordages de nylon noués sont tendus, élancés, presque un air victorieux, d’une vaillance, ils pourraient monter jusqu’au ciel si le mât ne s’arrêtait pas, j’ai oublié de dire le vent, tant, tant de vent, comme la respiration du monde réunie là, ça soufflait tant, les cordes battaient contre les mâts, à chaque impact une note, je n’ai pas l’oreille absolue, je ne saurais pas dire, mais il y avait toutes les notes de musique tous les octaves et toutes les clés à cause de toutes ces cordes, courtes et longues, attachées à hauteurs différentes elles claquaient et elles claquaient, toutes en même temps, pas accordées, cette musique, comme des grelots venus de très très loin, tu les as peut-être entendus là où tu es, sur l’envers qu’on ne peut pas atteindre - le pépiement, pépiement permanent

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.