"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[Hachèmes]

Hachème du saut en hauteur

mercredi 17 septembre 2014, par Christine Jeanney

- au rythme d’un par jour -
- tous les hachèmes ici
-

Parfois je saute très haut.
Plus haut que le pissenlit ? Je ne crois pas non.
Ni plus haut que les papillons en chamaille au milieu de la rue étroite, celle qu’il faut mettre en sens unique. Ni que mon ombre le long des barrières blanches, hachée. Pas plus haut que les lunettes cassées. Plus haut que le bateau éperonné. Les centaines de noyades à la minute. La fièvre hémorragique.
Pas plus haut que l’ourlet du pantalon, les rectificatifs, le blabla de l’enfant au toboggan. Que la sciure, la magnifique sciure. Pas plus haut que les imageries par résonance magnétique. Qu’un glissando.
Je prends le rideau, ses rides, je saute.
La lumière naturelle, je saute. Les chiffres rouges qui clignotent, les paradoxes, je saute. Contrebas de l’inclinaison, comme je saute en tombant, c’est fabuleux (l’art de la chute, l’art des rotules concassées, des ponts lancés à toute berzingue, bras écartés).
Les mots comme océan ne disent pas tout ce qu’ils trament.
Il faudrait attraper ses oreilles de chaque côté et tirer tirer jusqu’à ce que ça cède, jusqu’à l’étendue d’eau, les globules, le trait de peinture verte, les habits au jardin qui compostent, jusqu’à la coquille d’oeuf dans sa boîte sur la mousse, jusqu’au rectangles de l’osier tressé couleur de miel.
Je ne peux pas sauter plus haut que tout. Je n’ai pas de casque de mineur avec sa lampe, pas de courage, pas de goût à engueuler les gens au téléphone, pas reconnu le bâton et la fresque tissé de l’enterrement, pas d’air qui fait tourner le petit moulin de plastique jaune, n’empêche, je saute.
Je n’en tire pas d’orgueil.
Je m’élance depuis le lac d’incertitudes, cette nuée en bas, elle y est, on baisse la tête et on la lève ensuite pour voir, Andromède, des cailloux virevolter, et les aires d’autoroute toutes petites, il faut, il faut sauter très haut je saute.
Moins haut qu’une ligne de lumière allongée sur le sol cependant.

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.