tentatives

"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

chantiers en cours

[tentatives du moment]

d’ici

la feuille de route de l’humiliation

vendredi 19 mars 2021, par C Jeanney



l’humiliation provoque la frustration et un sentiment d’injustice, source de révolte et de colère sanguine
machin 1er est arrogant, donc humiliant, c’est sa pente naturelle, mais il n’en changera pas, car il a constaté (à l’usage, en bricolant dans son atelier et presque par hasard), que cela marche, que cela fonctionne, l’humiliation fonctionne

les réponses outragées à ses humiliations se trouvent de fait placées du côté des « mauvais affects » (frustration, révolte, colère sanguine), elles sont disqualifiées, elles ne sont pas audibles, elles ne sont pas « civilisées »
ce sont des réactions épidermiques (et il faut s’en méfier dit-on) (« colère mauvaise conseillère » etc.)
les arguments outragés des humiliés perdent leur valeur factuelle, tangible

« pour trouver un emploi, il n’y a qu’à traverser la rue »
(dans les faits environ 2,7 millions de demandes d’emploi pour environ 1,9 million d’offres d’emploi, mais ce n’est pas ce qui s’entend,
l’humiliation vient prendre toute la place, volute exubérante, parapluie déployé pour mieux masquer le dire factuel des chiffres)

« on dépense un pognon de dingue pour les pauvres »
(il ne devrait donc plus y avoir de pauvres, factuellement, logiquement, mécaniquement, mais la logique factuelle est repoussée bien à la marge)

l’humiliation fonctionne, cela fonctionne, cela réduit le dire, c’est une technique de pointe très performante

c’est difficile de ressentir en ce moment
les artistes sont malheureux, parce que les émotions sont leur matière première
un capitalo-startupeur comme machin 1er avale les émotions et les mouline pour que, de son hachoir à viande, ne sortent que les mauvaises

« c’est le sentiment d’échec qui provoque l’échec » dit blanquette
(dans les faits, têtus, habiter là où on habite et être issu d’une famille en difficulté mènent presque inévitablement à l’échec)
« ce n’est qu’une impression » dit blanquette
« la pensée positive peut tout changer » dit blanquette
(il faut dire que la pensée positive est gratuite en terme de monnaie réellement dépensée)

ce serait les sentiments qui décideraient, la croyance qui déciderait, la foi déciderait de tracer la frontière entre qui va réussir et qui ne réussira pas
(et pas les faits, comme ce que tu manges, ce avec quoi tu dois te démener avec ce qui se vit, ce qui arrive, ce qui t’arrive là où tu habites)
ce sentiment – de foi, de croyance non factuelle – en provoque d’autres
il les génère – humiliation sourde, révolte sourde, colère sourde
et tout devient de l’ordre du sentiment non valable, non audible, non acceptable

le bon sentiment te porte
(la croyance en une réalité imaginée)
le mauvais sentiment te plombe
(l’humiliation réellement ressentie)

le non-factuel est bon, le factuel est mauvais
c’est le total de l’addition

les sentiments sont malmenés
ils servent à séparer
ils servent à faire l’inverse de ce que désire l’artiste

peut-être que la feuille de route de l’humiliation a été validée, théorisée en assemblées par des spécialistes en nudging (tous mâles, tous blancs, tous issus d’excellentes familles) qui décident de mettre au point des stratégies comportementales « pour notre bien »

je m’auto-autorise à sortir de chez moi
je m’auto-autorise à marcher dehors
je m’auto-autorise à contempler les bourgeons de l’érable du Japon qui éclatent comme de petites mains savoureuses

je crois qu’il faudrait brûler les usines qui fabriquent des médailles
les médailles sont des féeries nocives, personne n’a jamais été, ne sera jamais récompensé justement
il manquera toujours quelqu’une quelqu’un sur la liste des récompensées

la feuille de route de l’humiliation est très longue, elle peut s’allonger à l’envi,
on peut y ajouter des listes et des listes de personnes à humilier
c’est un travail de longue haleine

on peut ajouter les féministes – qui exagèrent – avec l’écriture inclusive – le niveau baisse – avec les profs qui manquent d’autorité – debout, assis, couché – oh le bel horizon
on peut ajouter les racisés (« mais les races ça n’existe pas, c’est vous qui êtes racistes », c’est-à-dire l’argument du c’est çui qui dit qui y’est)

des spécialistes en nudging (tous mâles, tous blancs, tous issus d’excellentes familles, qui décident de mettre au point des stratégies comportementales « pour notre bien ») disent :
« les gens sont inconséquents »
« ils ne savent pas ce qui est bon pour eux »

ils parlent des gens obligés d’être sans masques
des gens obligés d’être sans tests
des gens obligés d’être sans vaccins

ces gens (obligés d’être sans masques, sans tests et sans vaccins) auraient-ils derrière la tête l’idée idiote que des masques, des tests et des vaccins, pourraient être bons pour eux, factuellement ?
heureusement que,
pour que fonctionnent ces principes et pendant que sagement nous ramassons les papiers gras,
la feuille de route de l’humiliation s’interpose


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

  • ne reste que l’espoir que ceux que l’on ne pense même pas humilier puisque sont en dessous des radars, portent sans trop de mal l’humiliation de ne pas être humiliés... mais il est faible
    Reste pour les autres ce recours dérisoire : choisir de négliger/mépriser ceux qui vous humilieraient si vous prêtiez attention à leur jugement ou mépris, et de lutter ou s’accommoder de ce qui compte : les conséquences de leurs décisions

    • j’ai pensé aussi à la solution de mettre tous les humiliants fâcheux (même ceux avec un ô au bout) dans une pièce fermée et insonorisée pour les laisser déblatérer ensemble façon sauce madère
      parfois, leur enlever le micro et la lumière pourrait aérer le cerveau, les oreilles et les yeux (il semble que ce soit moyennement faisable-envisageable, la science est impuissante face à ce problème visiblement) (mais bon, on continue hein Brigitte, on se laisse pas faire :-))

  • Le Grand Humiliateur (hommage à Dali) est bien connu : il répand sa morgue et sa morve depuis qu’il a été élu par défaut contre une humiliatrice de moins d’envergure.
    Se faire humilier par un énarque n’a pas de prix, se faire éborgner par les troupes d’un ex-socialiste ne se mesure pas non plus.
    On célèbre La Commune comme si elle était loin de nous : mais l’Histoire et les historiennes et historiens font leur boulot pour montrer ce qu’elle fut : une lutte contre l’humiliation.
    "Leçons d’histoire"... bizarre qu’on ne voie pas Macron élever une barricade en son souvenir ! :-)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.