"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

MAINTENANT

Les Vagues, de Virginia Woolf (journal de traduction en cours)

journal de bord des Vagues -63 [ "specked and burnt in the autumn sunlight" ]

mardi 3 mars 2015, par Christine Jeanney

.

.

(journal de bord de la traduction de The Waves de V Woolf)

.

.

.

.

.

- le paragraphe original

‘In a world which contains the present moment,’ said Neville, ‘why discriminate ? Nothing should be named lest by so doing we change it. Let it exist, this bank, this beauty, and I, for one instant, steeped in pleasure. The sun is hot. I see the river. I see trees specked and burnt in the autumn sunlight. Boats float past, through the red, through the green. Far away a bell tolls, but not for death. There are bells that ring for life. A leaf falls, from joy. Oh, I am in love with life ! Look how the willow shoots its fine sprays into the air ! Look how through them a boat passes, filled with indolent, with unconscious, with powerful young men. They are listening to the gramophone ; they are eating fruit out of paper bags. They are tossing the skins of bananas, which then sink eel-like, into the river. All they do is beautiful. There are cruets behind them and ornaments ; their rooms are full of oars and oleographs but they have turned all to beauty. That boat passes under the bridge. Another comes. Then another. That is Percival, lounging on the cushions, monolithic, in giant repose. No, it is only one of his satellites, imitating his monolithic, his giant repose. He alone is unconscious of their tricks, and when he catches them at it he buffets them good-humouredly with a blow of his paw. They, too, have passed under the bridge through ‘the fountains of the pendant trees’, through its fine strokes of yellow and plum colour. The breeze stirs ; the curtain quivers ; I see behind the leaves the grave, yet eternally joyous buildings, which seem porous, not gravid ; light, though set so immemorially on the ancient turf. Now begins to rise in me the familiar rhythm ; words that have lain dormant now lift, now toss their crests, and fall and rise, and fall and rise again. I am a poet, yes. Surely I am a great poet. Boats and youth passing and distant trees, “the falling fountains of the pendant trees”. I see it all. I feel it all. I am inspired. My eyes fill with tears. Yet even as I feel this, I lash my frenzy higher and higher. It foams. It becomes artificial, insincere. Words and words and words, how they gallop — how they lash their long manes and tails, but for some fault in me I cannot give myself to their backs ; I cannot fly with them, scattering women and string bags. There is some flaw in me — some fatal hesitancy, which, if I pass it over, turns to foam and falsity. Yet it is incredible that I should not be a great poet. What did I write last night if it was not good poetry ? Am I too fast, too facile ? I do not know. I do not know myself sometimes, or how to measure and name and count out the grains that make me what I am.’

.

- le paragraphe original avec en notes les points qui m’ont posé problème et mes commentaires

‘In a world which contains the present moment [1],’ said Neville, ‘why discriminate ? Nothing should be named lest by so doing we change it [2]. Let it exist, this bank, this beauty, and I, for one instant, steeped in pleasure. The sun is hot. I see the river. I see trees specked and burnt in the autumn sunlight [3]. Boats float past, through the red, through the green. Far away a bell tolls, but not for death [4]. There are bells that ring for life. A leaf falls, from joy. Oh, I am in love with life ! Look how the willow shoots its fine sprays into the air [5] ! Look how through them a boat passes, filled with indolent, with unconscious, with powerful young men. They are listening to the gramophone ; they are eating fruit out of paper bags. They are tossing the skins of bananas, which then sink eel-like, into the river. All they do is beautiful. There are cruets behind them [6] and ornaments ; their rooms are full of oars and oleographs [7]but they have turned all to beauty. That boat passes under the bridge. Another comes. Then another. That is Percival, lounging on the cushions, monolithic, in giant repose. No, it is only one of his satellites, imitating his monolithic, his giant repose. He alone is unconscious of their tricks, and when he catches them at it he buffets them good-humouredly with a blow of his paw. [8] They, too, have passed under the bridge through ‘the fountains of the pendant trees’, through its fine strokes of yellow and plum colour. The breeze stirs ; the curtain quivers ; I see behind the leaves the grave, yet eternally joyous buildings, which seem porous, not gravid [9] ; light, though set so immemorially on the ancient turf. Now begins to rise in me the familiar rhythm ; words that have lain dormant now lift, now toss their crests, and fall and rise, and fall and rise again. I am a poet, yes. Surely I am a great poet. Boats and youth passing and distant trees, “the falling fountains of the pendant trees [10]”. I see it all. I feel it all. I am inspired. My eyes fill with tears. Yet even as I feel this, I lash my frenzy higher and higher [11]. It foams. It becomes artificial, insincere [12]. Words and words and words, how they gallop — how they lash their long manes and tails, but for some fault in me I cannot give myself to their backs ; I cannot fly with them, scattering women and string bags. There is some flaw in me — some fatal hesitancy, which, if I pass it over, turns to foam and falsity. Yet it is incredible that I should not be a great poet. What did I write last night if it was not good poetry ? Am I too fast, too facile ? I do not know. I do not know myself sometimes, or how to measure and name and count out the grains that make me what I am.I do not know myself sometimes, or how to measure and name and count out the grains that make me what I am [13].’

- le paragraphe traduit

« Dans un monde qui porte le moment présent », dit Neville, « pourquoi faire des distinctions ? Rien ne peut se nommer sans qu’on coure le risque de le modifier en le faisant. Il faut laisser ces berges, cette beauté exister, et moi, rien qu’un instant, inondé de plaisir. Le soleil est chaud. Je vois la rivière. Je vois des arbres tachetés, brûlés par la lumière d’automne. Les bateaux flottent, traversent le rouge, le vert. Au loin une cloche résonne, mais pas pour la mort. Certaines cloches sonnent pour la vie. Une feuille tombe, de joie. Oh, je suis amoureux de la vie ! Regardez comme le saule projette ses ramilles filiformes dans l’air ! Regardez au travers, un bateau passe, rempli d’hommes jeunes, indolents, inconscients, vigoureux. Ils écoutent le gramophone ; ils mangent des fruits qu’ils sortent de sacs en papier. Ils épluchent la peau des bananes et la jettent, elle s’enfonce comme une anguille dans la rivière. Tout ce qu’ils font est beau. Derrière eux, il y a des flacons, des bibelots ; leurs chambres sont remplies de rames et de reproductions de tableaux, mais ils transforment tout en beauté. Ce bateau passe sous le pont. Un autre vient. Puis un autre. C’est Percival, il se prélasse sur les coussins, monolithique, un géant au repos. Non, ce n’est que l’un de ses satellites, imitant son repos monolithique, géant. Percival est seul à ne pas s’apercevoir de leur manège, et lorsqu’il s’en rend compte, c’est d’une bourrade, d’un gentil coup de patte. Eux aussi passent sous le pont, passent sous "la fontaine des arbres aux branches retombées", derrière les fines striures, jaunes et couleur de prune. La brise souffle ; les rideaux vibrent ; je vois sous les feuilles les bâtiments, solennels et pourtant éternellement joyeux, on les dirait poreux, et délestés de leur lourdeur ; légers, alors qu’ils sont ici depuis des temps immémoriaux, sur l’ancienne pelouse. Et maintenant monte en moi le rythme familier ; des mots qui dormaient se lèvent maintenant, soulèvent leurs crêtes, ils se lèvent, et tombent et se lèvent. Je suis poète, oui. Certainement, je suis un grand poète. Les bateaux et les jeunes hommes qui passent et les arbres lointains, "la fontaine inclinée des arbres aux branches qui retombent". Je vois tout cela. Je sens tout cela. Je suis inspiré. Mes yeux se remplissent de larmes. Et le sentant, je fouette cette énergie frénétiquement, de plus en plus fort. Elle écume. Elle devient artificielle, faussée. Les mots et les mots et les mots, comme ils galopent – comme ils fouettent leurs longues crinières et leurs queues – mais à cause d’une sorte de défaut en moi, je ne peux pas les chevaucher ; je ne peux pas voler avec eux, faisant se disperser les femmes et renversant leurs sacs. Il y a cette faille en moi – cette hésitation fatale, qui, si je l’ignore, se change en écume, en fausseté. Pourtant, c’est incroyable que je ne sois pas un grand poète. Qu’est-ce que j’ai écrit la nuit dernière, si ce n’est pas de la poésie ? Est-ce que je suis trop rapide, trop facile ? Je ne sais pas. Je ne sais pas moi-même parfois, comment mesurer, nommer, compter toutes ces particules qui font de moi ce que je suis. »

.

.

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)


[1 In a world which contains the present moment
difficulté du choix du verbe, j’écarte "contenir" que je ne trouve pas très beau
"constitué" n’est pas plus joli à l’oreille, même s’il donne l’idée du contenant
je choisis le verbe porter pour son évidence simple

[2 Nothing should be named lest by so doing we change it
magnifique phrase que je triture en de multiples versions,
je pense à l’élaguer du so doing pour la rendre plus claire-éclatante
mais ce point est trop important pour être effacé
ce qui se passe en nommant
les choses se déforment, existe-t-il un lieu, hors du temps (le présent), hors des mots, préservé d’eux, qui ne serait que sensations, pureté, chaleur du soleil, visions naturelles, un lieu "inviolé" ?
ce que voudrait Neville

[3 I see trees specked and burnt in the autumn sunlight
quelle phrase aussi
ce don de VW dans le choix du specked qui nous met dans les yeux cette multitude de petites taches lorsque la vision est brouillée par trop de luminosité
(mais je renonce, trop difficile d’approcher cette idée en français pour moi sans le risque d’allonger la phrase de six bons kilomètres, alors je passe sans appuyer en tentant la simplicité)

[4 Far away a bell tolls, but not for death. There are bells that ring for life
j’avais d’abord tenté
"une cloche sonne, mais pas pour annoncer la mort"
l’ajout du verbe "annoncer" semblait donner plus de maturité à la phrase,
le "pas pour la mort" me paraissant enfantin
et puis non, je suis revenue sur cette impression, le "pas pour la mort" n’est pas enfantin mais cru, et sincère, exactement ce dont il est question ici

tous mes questionnements sur mes choix se trouvent amplifiés dans ce paragraphe
Pourquoi nommer ? dit Neville
que se passe-t-il lorsqu’on nomme, de quelle manière la donne est-elle changée, au point que les choses en deviennent différentes,
disjointes dans ce dire, légèrement décalées de ce qui fait leur nature
les nommer pèse, imprime des directions,
nommer serait définir et donc réduire ?

et il y a ce triple décalage, ou quadruple (je n’arrive plus à compter)
quand ce qu’observe Neville, légèrement transformé par lui, par ses mots,
se transforme sous les mots de VW décrivant ses pensées,
le tout transformé par ma traduction, qu’est-ce qui s’amplifie (se dénature ?) sous ces couches de modifications successives
où se place le curseur, dans quelle zone proche de l’éloignement,
cette question difficile

écrire serait peut-être sans cesse traduire,
traduire ses propres pensées, même au plus intime (surtout au plus intime)

et qu’est-ce qui s’invente, au bout de toutes ces déformations, traductions d’une langue à elle-même puis à une autre, que deviennent l’arbre, la berge, la lumière et le passage de Percival sur une barque, quelle teinte prend-il, quelles émotions sur son visage ou celui de Neville ?
(ce pouce qu’on presse sur la pâte à modeler, la marque que ça laisse)

[5 the willow shoots its fine sprays into the air
argh, ce willow m’aura tenu tellement de temps
avec tant d’essais, d’approximations
il aura été soumis au "jaillissement", ou "pulvérisé", ou "lancé en brindilles délicates", en "jets graciles", oui ce willow n’aura pas été épargné, ni moi non plus

submergée par le doute, m’en suis allée espionner mes co-travailleurs de l’ombre, ceux qui ont aperçu et tenu en point de mire ce willow bien avant moi

pour Michel Cusin
"le saule fait jaillir ses embruns gracieux dans l’air"
(et il y a pulvérisation de fines gouttelettes d’eau avec ces embruns)

pour Cécile Wajsbrot
"le saule qui fait jaillir ses rameaux fleuris"
(et les pétales ajoutent une note de jardin japonais, les rameaux se dessinent)

et pour Marguerite Yourcenar
"les ramilles du saule s’allongent gracieusement sur le ciel"
(et le ciel ainsi convoqué devient la toile sur laquelle se tracent les fines branches)

ils sont forts j’ai pensé, sans être guère plus avancée
il me fallait du jet, du spray, du fin, trait ou éclaboussures, une sorte de délitement vers une projection, un geste s’en allant vers le plus petit
(ce ne serait pas plus facile à dessiner qu’à traduire ? pensé-je) (ah)
finalement je prends "projeter" pour sa gestuelle
et "ramilles" pour la finesse accentuée dans les branches finissantes

pour traduire fine le "délicat" et le "gracieux" ou le "fin"
résonnaient bizarrement ici
comme s’il y avait parmi ce choix de mots cette sorte d’écume, de mousse dont parle Neville plus loin, pose, posture, fausseté
"filiformes" m’a semblé plus descriptif,
moins conscient d’être élégant
ce qui répond (de manière inconsciente ?)
au problème de Neville avec la conscience de soi

les jeunes hommes sur les bateaux sont puissants, joyeux, ils paressent au fil de l’eau et ils sont admirables et magnifiques
car inconscients
inconscients de leur beauté, de provoquer la beauté autour d’eux
c’est cette inconscience qui rend leur beauté réelle
réellement vivante, et émouvante

l’inconscience d’une beauté qui n’est pas nommée
cette inconscience l’amplifie, tout comme ne pas nommer les choses les garde intactes

c’est peut-être ce que cherche Neville dans la poésie
(et VW derrière son épaule ?), atteindre ce degré d’inconscience

cette conscience de la beauté la détruit irrémédiablement
pourquoi nommer, demande Neville, puisque la beauté lorsqu’elle devient consciente se dégrade, puisque c’est dans l’inconscience de cette beauté que le plus précieux, le plus rare, s’agite
et les mots, de quelle façon agissent-ils dans ce qu’ils ont parfois de "trop décoratif", trop mousseux, leur impact

[6 There are cruets behind them and ornaments
cruet pour flacon ou burette d’huile
j’apprends grâce à une note de Michel Cusin que
"la tradition britannique permet à chacun de faire sa propre sauce de salade. D’où la présence des services à condiments, huiliers et vinaigriers, sur les tables"
je garde le mot flacon qui n’est pas mensonger, tout en restant assez général pour ne pas nécessiter d’explications

[7 their rooms are full of oars and oleographs
toujours grâce à Michel Cusin :
"l’oléographie était une sorte de chromolithographie imitant la peinture à l’huile sur un papier qui ressemblait à une toile",
procédé encore très répandu au moment de l’écriture des Vagues
je choisis "reproductions de tableaux" pour ne pas alourdir le texte de ce mot, "chromolithographie" qui, s’il faisait partie du langage courant à l’époque, attire aujourd’hui l’œil, l’oreille et le désir de le comprendre bien trop fortement, au détriment du reste

[8 He alone is unconscious of their tricks, and when he catches them at it he buffets them good-humouredly with a blow of his paw
j’ajoute le nom de Percival qui évite l’ambiguïté du ’il"
je tente "bourrade" pour cette secousse pleine de bonne humeur
et la bonne humeur déteint sur le coup de patte que je qualifie de "gentil"

He alone is unconscious
l’inconscience se retrouve ici
Percival est le seul a être inconscient de ce qui se passe autour de lui
ce qui en fait l’être le plus vénéré entre tous
si l’inconscience de la beauté physique, de la beauté matérielle, la rend encore plus concrète
quelle beauté d’âme est celle de Percival, qui est non seulement inconscient de sa beauté, mais encore plus, inconscient d’être
(et l’adoration de Neville pour lui surgit ici, enclose en un seul mot)

[9 which seem porous, not gravid
le gravid me pose problème, ce terme amène l’idée d’un état de gestation animale
on imagine une bête, le ventre gros, peinant à se déplacer, et j’ai besoin de faire passer l’idée contraire
je tente "délestés de leur lourdeur"

[10 “the falling fountains of the pendant trees”
doit être amplifié par rapport à
‘the fountains of the pendant trees’ (plus haut)
on doit sentir une progression entre les deux formules
comme on sentirait les mots relever la tête, soulever leurs crêtes jusqu’au moment du trop, inefficace
je tente en un
"la fontaine des arbres aux branches retombées"
puis ensuite
"la fontaine inclinée des arbres aux branches qui retombent"

[11 I lash my frenzy higher and higher
littéralement "je fouette ma frénésie"
je le transforme en
"je fouette cette énergie frénétiquement"

et je garde le verbe "fouetter" dans
how they lash their long manes and tails
car il y a fusion-confusion
Neville fouette son énergie, se fouette lui-même, les mots le fouettent
Neville se fond avec les mots, il ne sait pas à quel moment exact ils seront faussés, ni ce qui le constitue exactement
de quoi est fait Neville, de quels mots ?
ceux qu’il choisit de prendre ou d’éviter, alors qu’il se soumet à l’énergie qu’il fouette, à la frénésie d’écriture,
(fouettée, une écriture qu’on ferait monter en la fouettant comme on ferait monter des blancs en neige, ce qui devient mousseux puis plus solide, cassant, craquant, de brillantes meringues à la légèreté vide, inconsistantes ?)
(à quel moment le mot se vide-t-il de toute substance, malgré l’énergie qu’on y porte, et malgré ses désirs ?)

[12 It becomes artificial, insincere
insincere m’arrête
je tente mensongère, inventée, fictive, trompeuse
mais l’idée de fiction ne me semble pas avoir sa place ici
la fiction n’est pas le problème, le problème c’est l’écart, le décalage entre ce qui n’est pas nommé (mais seulement ressenti) et ce qu’on nomme, le poids qui vient avec le mot, cette différence soudaine
et le mensonger ou le trompeur induit un jugement d’ordre moral
dont il n’est pas question non plus
il ne s’agit pas de "bien" ou de "mal"
mais de "juste" ou "d’injuste" comme on dirait d’une note de musique
je décide de garder "faussée" qui me paraît logique
(juste, finalement)

[13phrase importante
(comme toutes les phrases de fin de paragraphes, qui sont autant de conclusions fragmentaires au sens profond, un sens qui vient en écho du texte qui les précède pour à la fois l’expliciter ou le creuser encore davantage)

cette phrase explique (peut-être) que Neville est pris dans une sorte de piège,
celui du moment présent
qui ne peut pas être dit sans en sortir tronqué, modifié
il regarde passer Percival, alors que lui reste immobile sur la rive
mesurant les degrés de conscience et d’inconscience
prisonnier de cette parole qu’il ne peut dire
et du présent inexprimable
de cet amour pour Percival qu’il tait

est-ce qu’il n’est pas lui aussi comme les arbres, specked and burnt in the autumn sunlight, difficile à cerner, ébloui par la lumière de son amour pour Percival
cette parole inexistante rend-elle cet amour plus réel ? (comme la beauté qui ne se connait pas est plus prégnante)

mais "l’amour de la vie" qu’il ressent le porte à la "frénésie" de l’écriture
les mots viennent se mêler à l’assemblage de particules
ils fouettent ou sont fouettés, peut-on les chevaucher pour n’être qu’un moment de ce monde, au présent, et n’être que cela ?
les mots, ce qu’ils aident à franchir, de quoi ils privent
un poète qui s’interdit les mots, ou qui les entend sonner faux, est-il encore poète

ce paragraphe est (pour moi) une sorte de tableau pointilliste où se dessine
Neville en myriade de points qui deviennent flous lorsqu’il s’approche
Neville specked and burnt in the autumn sunlight

le piège montre ses dents : accéder au degré d’inconscience qu’il souhaite force à la conscience extrême du présent
les deux forces symétriques s’annulent, entrent en contradiction
non viable, le dessin se délite
plus rien ne se voit sur la toile qu’un Neville sans structure, éparpillé par ses désirs pourtant sincères

flou et enveloppé dans le flou de son présent immobile, alors que Percival passe, ci clairement, si nettement dessiné dans la lumière
monolithique, un roc, un géant, qui ne s’éparpille pas, malgré son inconscience

Neville se bat malgré tout, dans ce piège de conscience/inconscience
qu’il sent se refermer sur lui
il utilise le peu d’armes qu’il possède

"Je suis poète" dit-il
il insiste, "un grand poète"
il le répète pour s’en convaincre
et se donner une silhouette
(grâce aux mots qui transforment tout ?)

il le répète pour prendre consistance, une consitance vitale
et ce qui sonne ne sonne "pas pour la mort"

work in progress, toujours

Messages

  • Virginia Woolf Virginia Woolf Virginia Woolf

    pour ces lignes-là et pour ta traduction, qui creuse la difficulté de nommer et la fait éclater

    • Merci beaucoup Christine
      en tout cas, une chose est sûre, si j’avais lu les Vagues directement en français sans passer par la case traduction, j’aurais été subjuguée sans doute, mais ce n’est rien à côté de ce que je découvre en traduisant le texte, comme si j’avais accès à ses rouages internes (et subjuguée, je le suis plus encore en constatant cette maîtrise de VW, ces petits renvois ou rappels au coeur d’un même paragraphe, avec le paysage s’accordant au personnage, lui répondant silencieusement, tout fait écho et tout est en réverbération dans son écriture, ses phrases portent en elles des agencements minutieux, totalement admirables et montrent qu’elles sont le fruit d’une intelligence hors norme) (houlala, que oui que oui).

  • toujours aussi passionnée par ton travail, avec petite crainte de ne pouvoir suivre à cause de mon incapacité habituelle bien entendu, et parce que là suis en bagarre avec petit problème carcassien
    avec l’impression prégnante de la petite liesse que toi, reprenant Virginia W, reprenant Neville traduisant sa pensée et son état du moment - et pour moi une attention qui en est encore plus souriante
    un moment de malice au début qui me fait tenter une version perso du ’1) en rien ne peut être nommé sans, le faisant, courir risque de modification avant de m’incliner devant ta traduction
    un accord jubilant à tes considérations en 4 sur le retour au pas pour la mort, sur les niveaux de traduction
    en 5 admiration devant la formule de Yourcenar, mais le plaisir de projeter et un petit goût aussi pour ramilles (surtout de la part de Neville qui est en train de se sentir poète - sourire)
    et à partir de là me suis contentée du plaisir de te lire

    • Merci Brigitte, et comme d’habitude, dès que je reprends la traduction d’un paragraphe, mes pensées se limitent à "c’est très dur, qu’est-ce que je vais bien trouver à raconter dans le Journal à part des argh et mes pff de désillusion, ou des soupirs constatant mes difficultés", et puis en cours de formulation, je découvre encore mieux le texte. Le commenter m’aider à préciser des angles, à creuser encore plus loin (ce que je ne ferais sans doute pas si je traduisais solitaire, sans vos yeux de relecteurs).
      et tes encouragements, c’est le bonus, c’est "du miel sur la barbe" ! (comme dit cette expression dont j’ai oublié la source ) :-)

  • oui merci encore pour ton travail passionnant. J’ ai une petite question pour le 1 :
    "Rien ne peut se nommer " , je ne comprends pas le " se nommer" , pourrait - on écrire rien ne peut être nommé ?

    • Oui, tu as raison Ana, ça serait sans doute moins "définitif" comme effet, c’est un peu grandiloquent mon " rien ne peut se nommer" (un peu hugolien :-)).
      je crois que je voulais garder l’idée du rythme de "rien ne peut se faire", ça me semblait marquer encore plus l’impossibilité formulé ainsi.
      Mais tu as raison, "rien ne peut être nommé" est plus juste, logique, merci beaucoup Ana ! (j’ai bien de la chance d’avoir des lecteurs qui me donnent le "gentil coup de patte" là où il faut :-)))

  • D’abord, le nouveau système par renvoi à des notes numérotées est très pratique !
    Je te livre mes commentaires bruts de décoffrage... négligeant les innombrables trouvailles et bonheurs que tu fais surgir, je ne m’arrêterai qu’aux points qui m’ont chiffonnée. Sauf pour dire que Nothing should be named lest by so doing we change it est une phrase magnifique, en effet ; et tout à fait d’accord avec Ana pour dire plutôt "être nommé".
    Sinon :
    note 1. Le verbe porter est plus beau, mais ne dit pas la même chose que contenir. Porter, c’est sur ; contenir, c’est dans. Le moment présent est contenu, englobé dans le monde comme dans une sphère transparente...
    5. Pas d’accord pour filiforme, qui est beaucoup plus compliqué que fine  ; "ses fines ramilles" m’irait très bien...
    10. Je préfère "la fontaine des arbres retombés" à l’autre formulation trop tarabiscotée...
    Tout cela histoire de chipoter et quand même dans une grande admiration pour ton travail - et de la peine que tu prends pour nous expliquer ici le comment du pourquoi.

  • Merci Elizabeth,
    c’est très intéressant ce que tu dis sur la sphère, avec le présent contenu à l’intérieur, il y a (juste ma sensation) une sorte de frontière presque palpable dans cette bulle que tu perçois, que je ne ressens pas ici, j’ai plutôt l’impression que le présent de Neville s’aspire, se respire, de grandes lampées d’air, j’en ai une vision "sans limite", un présent éternel en quelque sorte, comme une terre miraculeuse où les feuilles tombent "de joie". Le monde contiendrait ce présent sans imprimer "une force", limite ou retenue (voilà pourquoi le verbe "porte" ne me choque pas) (et le verbe "contenir" sonne quand même bien rigide et bien bof à l’oreille en français) (aussi pourquoi je ne le sens pas)
    pour "filiforme" je réfléchis toujours
    (de toutes façons, la traduction à laquelle j’aboutis dans ce Journal est bardée d’hypothèses, change, changera, bouge :-)),
    pour les deux formulations entre guillements avec "la fontaine", il faut qu’il y ait progrès de l’une à l’autre, il n’y a pas le choix entre les deux, à cause de cet effet de fouet qu’imprime Neville aux mots, des jets poétiques, un jet, un autre ensuite, jusqu’à ce qu’il atteigne ce moment où il ne peut plus s’accrocher, "rester sur leurs dos", les mots deviennent faux, faussés (et peut-être "tarabiscotés" justement)
    Merci beaucoup Elizabeth de ton oeil sagace et vigilant, oui ! :-)
    en discutant ainsi ensemble, les choix prennent une voie solide, ou se fragilisent, mais il y a toujours quelque chose qui se passe (et ça j’aime beaucoup)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.