"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES DU MOMENT //

[journalier]

journalier 05 03 16 / des flèches

samedi 5 mars 2016, par Christine Jeanney



- il y a la sensation d’éparpillement
(mais peut-être il faudrait l’intégrer comme partie prenante, comme fonctionnement constitutif, en m’éparpillant, pendant que j’ai le sentiment de ne pas mener à bien, je capte, terrible ce qui traverse) (et si j’avais le nez dans le guidon, mes objectifs bien clairs et bien suivis, tout ce qui serait perdu)
- il y a la visite chaque samedi à la Little library, on entre avec un livre et on ressort avec un autre (échange, recyclage, discussions, découvertes, cadeaux, partage, c’est beaucoup)
- il y a la séance en lycée hier, l’idée de raconter d’où viennent les Todolistes pour mieux les présenter en vue de l’atelier d’écriture qui va suivre
c’est à dire : en amont de l’amont → les Fichaises (une idée + 3 paragraphes)
les illustrations que je dois chercher, ça me frustre
assez vite j’ai envie de les fabriquer ce qui donne → le Journal du rat (2 phrases, une de nuit / une de jour)
au bout de 90 (plus ?) jours mes idées de photo s’épuisent
mon rat a parcouru toutes les pièces de la maison dans diverses situations, il est exsangue et moi aussi → je demande de l’aide à tous, pour qu’on prenne des photos à ma place
(et puisque le chiffre 3 était utilisé dans les Fichaises, puisque le 2 était déjà pris par le Journal du rat, restait le 4, pour cela que les Todolistes s’écrivent en 4 occurrences)
- donc hier, sont affichés mode grand écran et je lis quelques textes sélectionnés sous l’influence scientifiquement imparable de la sérendipité et du hasard ↓

PDF - 1.8 Mo


- et m’a frappé d’un coup (mais en silence, comme une voix off dans ma tête) cette importance du corps, des mains, des ossements, des départs, des pertes, de la lutte minuscule (qu’est-ce qui me prend de présenter, insidieusement, une image intérieure si noire à des jeunes gens)
- mais est-ce que j’y peux quelque chose, au noir ? → Je voulais dire Lesbos, de Daniel de Roulet
- (besoin de flèches dans ce journalier)
(peut-être que les directions ne mènent pas aux endroits calmes)
(qu’il faudrait jongler avec elles, tordre les flèches, qu’elles se déforment en arceaux qui accueillent)
(accueil, ce mot-là, qu’est-ce qu’on en fait)

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.