tentatives

"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

chantiers en cours

les lycopodes

Quel est le niveau des attentes ?

vendredi 25 mars 2022, par C Jeanney




Mes souvenirs remontent loin.
Cela a commencé très tôt.
Il fallait que je note tout.

On n’est pas des gens exceptionnels.
Y’en a plein des gens comme ça.

On est là pour assister aux résultats.
Si mes souvenirs sont bons, tout sera numéroté.
On vient de voir naître quelqu’un.

Des connections se font dans le cerveau,
tout ça pour une fulgurance de quelques minutes.
Soyez vivants.
Vous êtes dans une sorte d’espace indéfini aux limites floues,
rayonnantes.
Il y a des vues dans les vues.

Je crois que les êtres humains sont curieux.
Quel est le niveau des attentes ?
Redéfinir, c’est plus fort qu’inventer.

Les sols rétrécissent au fur et à mesure qu’on se rapproche des bords.
Le phosphore, au contact de l’air, produit une chaleur extraordinaire.

Et vous, est-ce que vous êtes le roi du château ?
C’est une question de généalogie.
Imaginez les histoires qui ont été écrites et qu’on ne connaîtra jamais.

Comment mettez-vous de l’ordre dans ces formes ?
Moi, je ne réfléchis pas.
Je fais les choses.
Je ne sais pas d’où elles viennent.

En principe,
à force de faire et de refaire,
ça devrait s’améliorer.
On aime une ou deux choses dans la vie,
et ça ne change jamais.
Il faut que ça chante, que ce soit inondé.
Il y a un printemps après les autres printemps.

Avec cette lumière, c’est comme si le soleil brillait.
Je ne sais pas ce que je vais faire pour l’instant.
Ce que je fais n’est pas un métier.
C’est un travail que l’esprit continue à faire
même quand il n’y pense pas.

Je crois que tout ce qui a été
ne peut pas
ne pas avoir été.
Et pourtant, nous sommes dans un monde qui meurt.
On ne sais pas.
C’est une chose lancée dans un jardin.
Une intuition.
Si je parle des morts, c’est qu’ils existent.

Les arts touchent les zones que les mots ne touchent pas.
Nous parlons aux objets et aux lieux.
Ce sont les premières impressions auxquelles nous revenons.

La lumière est une vue de l’esprit.
On ne peut pas le nier, il y a de la matière.
Mais la matière est une chose qu’il faut savoir transfigurer.

C’est plus que "comme si", vraiment.
C’est un événement.


(Lycopode 7) [1]



Il y a des vues dans les vues. [2]

.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)


[1Dans les Notes de chevet de Shei Shônagon on peut lire

" Sujets de poésie  : [...] la bardane d’eau. Le poulain. La grêle. Le bambou nain. La violette à feuilles rondes. Le lycopode [...]". Le lycopode est une plante vivace toujours verte dont les racines se divisent en formant un Y, ce qui est un choix, comme celui que je fais de garder, ou déplacer, ou retailler, recoudre, reprendre la phrase entendue ici ou là pour en faire un poème lycopode.

[2image fabriquée en utilisant la technique des Versées

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.