"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

AUTRES TENTATIVES //

[cut(s)-up]

Commencer par la fin - août

jeudi 1er novembre 2012, par Christine Jeanney

à partir de Comment écrire au quotidien (365 ateliers d’écriture) de Pierre Ménard

texte qui reprend les derniers mots de chaque exercice, excipits

dans l’ordre, mais coupés taillés cut-up

(#écrire)

fins de

La douceur suppose toujours une affirmation, une joie, la phrase jusqu’à ce qu’elle(s) disparaisse(nt), arrachée(s) par le vent ou par les passants, buissonniers, fugitifs, échappés du troupeau de la langue, avec des mots qui cherchent à rendre coup pour coup, Répondre à tou­tes les offres, avec une pointe sèche et féroce, un verbe, tranchant le lieu d’une fiction.

Mythologie retrouvée, avec ses monstres, le quotidien d’une banlieue. Cité et parcours dans un réseau, entrelacements, pensées mêlées, la violence des images de la situation, un trait, anecdotique ou non, on ne sait pas qui écrit quoi en déroulant la bobine du film à l’envers, jeu de pulsions, ce qui suppose une certaine danse du vide.

Fil conducteur, circonstances dans lesquelles quelqu’un fut hors de soi, décrire ce que le corps et l’esprit endurent dans cette épreuve. Retranscrire, à fleur de peau, les vibrations de leur souffle, une vague dont le courant puissant nous emporte et sa difficulté comme autant de notes brèves, dessiner les mouvements, virages, dépassements, pauses, carrefours, déplacements et bifurcations.

Un entrelacs de c’est-à-dire,

les mots impassi­bles, les signes de ponc­tuation paysages nous entourent.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.