"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

FRICHE

TENTATIVES PONCTUELLES //

[cellulose]

porte-bonheur à côté des bols

mardi 24 juillet 2012, par C Jeanney

Mollécules densifiées et durcies, forment un arc de cercle parfait de couleur crème, pâle dessous, rosé sur le bombé du dos, coquillage – là où se déploient l’arrondi, à l’endroit du serrage, un trou d’accident pendentif utile laisse passer le sable – attend qu’on vienne, la méditerranée aux omoplates – tête baissée, la marche est difficile, le prendre – glissé, le noir d’une poche de sac, sous la glissière – à huit cent kilomètres la lumière différente, croiser les randonneurs de compostelle – mains sur les hanches tu te tenais en plein soleil - tu riais, ton visage lisse plissé de joie, tes yeux de jeune guerrier mongol – le petit attrape à pleine poignées le sable brun, le jette en éclats sombres et tangue, la vague le porte et le repose – une branche déshydratée que la mer grignote vole dans le ciel, tes bras – tenir le coquillage dans la cuisine, vous tenir tous

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.