"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[saugrenettes]

saugrenette du surnom révélé (15)

jeudi 21 mars 2013, par Christine Jeanney

ainsi, presque tout le monde le salue, où qu’il se trouve, devant les magasins, devant la poste, devant la librairie, dans la galerie marchande, devant les barrières du passage à niveau, devant la gare, devant le collège et le terrain de football et devant la piscine, devant la pharmacie ; on reconnait de loin sa silhouette à cause d’une jambe qu’il a tordue, de son pied qu’il ne pose pas, pas complètement, reste cambré inutilement, et pourtant il avance, un bras collé contre le cœur et une main pendante ; les gens le connaissent bien, ils l’appellent tous Johnny, "Et d’où viens-tu Johnny ?" ils lui demandent, manière de plaisanter ; et lui répond d’un grand sourire, c’est parfois des conversations, la dame et son opération, le fils et ses études, une moto, des travaux ou des réparations ; à chaque fois je le vois, j’entends "Johnny ! Johnny !", on l’interpelle, c’est sûrement son prénom, et pourquoi pas, et puis un jour, sur le banc, devant le Norma il chante, Pour moi la vie va commencer, avec son bras plié, Et mon passé sort de l’oubli, sa voix, Foulant le sol de la prairie, irréelle sa voix, Chevauchant avec mes amis, je ralentis, Pour moi la vie va commencer, moi non plus je ne sais pas d’où il vient Johnny
(manque la photo)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.