"la vie ça éparpille des fois / ça chélidoine et copeaux / ça bleuit ça noisette" [Maryse Hache / porte mangée 32]

TEXTES

TENTATIVES PONCTUELLES //

[la vie avec Planck]

Planck mesure les déflagrations...

jeudi 19 septembre 2013, par Christine Jeanney


Planck mesure les déflagrations
les assénations
les peremptoirisations
les peinesdemorisations
éventrements

— ce sont des ondes dévastatrices, dit-il

les ondes fossiles perdurent, l’intensité du feu, de la dislocation destruction ne s’amenuisent pas, ce sont des ondes résistantes

on voudrait se coucher en rond, fermer les yeux

— et si la première goutte de fiel s’était simplement disloquée, qui sait quelle chaleur en dedans

(il pose des questions difficiles)

— d’autres ondes sont disponibles, ajoute-t-il, rassurant

quand il se lève je le suis comme un seul homme


.

(site sous licence Creative Commons BY-NC-SA)

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.